Syrie : Ban Ki-moon sera au Koweït le 15 janvier pour une conférence de donateurs

0
111
Des Syriens constatent les dégâts sur des bâtiments après une attaque au mortier à Homs, le 9 janvier 2014 (AFP)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Des Syriens constatent les dégâts sur des bâtiments après une attaque au mortier à Homs, le 9 janvier 2014 (AFP)
Des Syriens constatent les dégâts sur des bâtiments après une attaque au mortier à Homs, le 9 janvier 2014 (AFP)

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, se rendra la semaine prochaine au Koweït, où il présidera le avec l’Émir du Koweït la deuxième conférence internationale des donateurs pour la Syrie, où, en plus de la lutte entre rebelles et djihadistes, se poursuivent les combats entre l’insurrection et les forces du régime.

La conférence, qui aura lieu le 15 janvier, est destinée à mobiliser les ressources nécessaires pour permettre aux Nations Unies et à leurs partenaires de répondre aux besoins humanitaires immédiats, a déclaré le porte-parole adjoint du Secrétaire général, Farhan Haq, lors d’un point de presse jeudi, rapporte le service d’information de l’ONU.

«Alors que la situation humanitaire en Syrie continue de se détériorer, le Secrétaire général appelle de nouveau les États membres à participer à la conférence et à se montrer généreux », a-t-il ajouté.

L’an dernier, plus de 1,5 milliards $ avaient été promis lors d’une conférence de donateurs qui avait réuni en janvier plus de 60 pays dans la capitale koweitienne à l’appel de l’ONU afin de réunir des fonds en faveur de l’aide humanitaire déployée en Syrie.

Au Koweït cette année, Ban Ki-moon rencontrera aussi de hauts responsables de l’Émirat, ainsi que d’autres responsables d’États membres participant à la Conférence.

Pour sa part, rapporte encore le service d’information de l’ONU, la Directrice exécutive du Programme alimentaire mondial (PAM), Ertharin Cousin, a achevé une visite en Syrie après des discussions de haut niveau avec des responsables gouvernementaux.

Mme Cousin a également rencontré des familles déplacées dans un centre de distribution de denrées alimentaires à Damas.

Selon la directrice du PAM, la situation humanitaire en Syrie devient chaque jour plus difficile, alors que près de la moitié des Syriens sont menacés par la faim, la difficulté étant d’obtenir un accès aux zones assiégées.

Au moins 45 rebelles tués à Homs

Parfaite illustration des propos d’Ethera Cousin, au moins 45 rebelles ont été tués en tentant de briser le siège imposé par les forces du régime à des quartiers de Homs, au centre du pays à 162 km de Damas, rapportait jeudi, l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH),

L’organisme indépendant, qui s’appuie sur un vaste réseau de travailleurs humanitaires et de militants, prévenait que le bilan pourrait s’alourdir.

Les rebelles, qui appartenaient à différentes brigades, ont été tués entre mercredi soir et jeudi matin alors qu’ils tentaient de briser l’étau qui enserre ces quartier depuis plus d’un an, a précisé l’OSDH.

Alors qu’ils tentaient de lancer une opération pour mettre fin au siège de Homs, ils ont été pris dans une embuscade par les forces du régime près du quartier de Khaldiyé, qui est sous le contrôle du gouvernement, a déclaré à l’AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l’OSDH,

Selon la rébellion, plusieurs milliers de civils, manquant de nourriture et de carburant, sont piégés par le blocus imposé par l’armée contre les zones rebelles de la vieille ville de Homs.

Au Nord pendant ce temps, chassés par leurs anciens alliés islamistes de la ville d’Alep, les combattants de l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL) sont passés à l’offensive dans plusieurs provinces du nord de la Syrie, faisant exploser plusieurs voitures piégées contre des points de contrôle rebelles.