Le Canada annonce d’autres sanctions contre les dirigeants ukrainiens

0
127
Vue de la place du Maïdan pendant les affrontements entre les manifestants et les forces de l'ordre à Kiev le 20 février 2014 (Bulent Kilic/AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Vue de la place du Maïdan pendant les affrontements entre les manifestants et les forces de l'ordre à Kiev le 20 février 2014 (Bulent Kilic/AFP)
Vue de la place du Maïdan pendant les affrontements entre les manifestants et les forces de l’ordre à Kiev le 20 février 2014 (Bulent Kilic/AFP)

Le Canada impose à son tour des sanctions ciblées contre les membres du régime du président Victor Ianoukovitch et les autres personnes directement responsables de la récente répression violente, élargissant ainsi à plus de responsables son interdiction d’entrée sur son territoire, en vigueur depuis fin janvier, et annonçant des gels de leurs avoirs.

«Le Canada continue d’être outré par la violence en Ukraine. Notre gouvernement a réagi en instaurant une interdiction de voyager pour les hauts dirigeants du régime et en annonçant une assistance médicale pour aider les manifestants dans le besoin. Aujourd’hui, notre gouvernement prend une mesure supplémentaire pour accroître la pression exercée sur le régime afin de mettre fin à la violence», a déclaré par voie de communiqué le Premier ministre canadien.

«Depuis des mois, notre gouvernement indique clairement au gouvernement ukrainien qu’il doit permettre à ses citoyens d’exercer leur droit démocratique de manifester pacifiquement sans être la cible d’une force mortelle ni d’une brutalité effroyable. La violence choquante dont le monde est témoin doit cesser, et nous tenons le régime responsable de ces actes commis contre ses propres citoyens», dit le communiqué .

«Aujourd’hui, nous imposons une interdiction de voyager élargie qui empêchera les hauts représentants du gouvernement ukrainien ainsi que les autres personnes qui ont une responsabilité politique dans le recours à la violence de voyager au Canada. Cela élargit la portée des restrictions visant les déplacements annoncées le 28 janvier. Nous imposerons également des sanctions économiques au régime Ianoukovitch et à ses partisans», précise-t-il.

«Nous espérons que ces mesures sérieuses sauront convaincre le gouvernement ukrainien de chercher une solution pacifique à la crise. Nous continuerons à suivre l’évolution de la situation en Ukraine et de concert avec nos alliés étrangers, nous envisagerons d’autres options», poursuit le communiqué qui conclut en affirmant que le gouvernement canadien «en collaboration avec la communauté ukrainienne-canadienne et les membres de notre caucus, continuera de soutenir la population ukrainienne dans sa lutte pour une Ukraine libre et démocratique.»

Environ 1,2 million de Canadiens sont originaires d’Ukraine et le Canada avait été en 1991 le premier pays en Occident à reconnaître l’indépendance de ce pays.

Par ailleurs, l’ambassade à Kiev fermée mercredi pour des raisons de sécurité demeure fermée.

 

Plus tôt, les États-Unis avaient également interdit de visas environ 20 hauts cadres officiels ukrainiens qu’ils accusent d’être responsables de la répression meurtrière des manifestations de mardi à Kiev, a indiqué mercredi un diplomate américain.

Et, en janvier, Washington avait aussi déjà révoqué des visas déjà accordés à des dirigeants ukrainiens, en raison des troubles politiques dans ce pays.

Quant aux Européens, les ministres européens des Affaires étrangères ont décidé eux aussi jeudi de priver de visas et de geler les avoirs de ceux qui ont du sang sur les mains en Ukraine, a annoncé le chef de la diplomatie italienne, Emma Bonino.