L’Ukraine s’enflamme: les puissances étrangères appellent à la retenue

0
144
La capitale ukrainienne s'enflamme après un assaut des forces de sécurité. (@euromaidan)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
La capitale ukrainienne s'enflamme après un assaut des forces de sécurité. (@euromaidan)
La capitale ukrainienne s’enflamme après un assaut des forces de sécurité. (@euromaidan)

De Moscou à Washington en passant par Bruxelles, Ottawa et Paris, les chefs de la diplomatie ont condamné mardi le retour à la violence à Kiev.

Mise à jour à 23h00:

Le ministre John Baird a annoncé ce soir que le Canada fournira des soins médicaux aux «activistes ukrainiens grâce au versement d’une contribution à une organisation non gouvernementale ukrainienne, ce qui inclura des fournitures essentielles, des trousses de premiers soins et de la formation. Ces secours médicaux d’urgence permettront d’offrir des soins aux activistes courageux qui sont blessés alors qu’ils militent pacifiquement en faveur de la démocratie».

Dans un communiqué, le ministre des Affaires étrangères du Canada, John Baird, s’est dit «outré et consterné» par la reprise des violences dans la capitale ukrainienne alors que plusieurs décès ont été annoncé.

«Le Canada exhorte toutes les parties à faire preuve de retenue et à mettre fin à tous les actes de violence immédiatement. Aucun acte de violence ou de répression ne passera aujourd’hui inaperçu aux yeux du gouvernement du Canada, et nous travaillerons avec nos alliés de la communauté internationale afin de veiller à ce que les responsables répondent de leurs actes», a menacé le ministre Baird.

«Nous exhortons le gouvernement ukrainien à collaborer avec l’opposition et les manifestants pour répondre à leurs appels légitimes en faveur d’une vraie démocratie», conclut le ministre canadien des Affaires étrangères.

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a condamné la reprise des violences et «l’usage indiscriminé de la force».

La responsable de la diplomatie de l’Union européenne, Catherine Ashton, a, elle aussi, «condamné tout usage de la violence» exhortant Kiev «à s’attaquer aux racines de la crise».

À New York, le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon a appelé le gouvernement et les opposants à faire preuve de retenue à Kiev et «à reprendre un dialogue véritable» afin d’éviter «de nouvelles violences».

La Maison Blanche, pour sa part, a exhorté mardi le président ukrainien Viktor Ianoukovitch à mettre fin à l’escalade de la violence meurtrière, prévenant que le recours à la force ne résoudra pas la crise.

«Nous sommes consternés par les violences qui se déroulent dans le centre-ville de Kiev, a déclaré à la presse Laura Lucas Magnuson, porte-parole du Conseil de sécurité nationale (NSC). «Nous continuons à condamner les violences de rues et le recours excessif à la force des deux côtés, autorités et manifestants», a ajouté la porte-parole. «Cela ne résoudra pas la crise». Toujours selon Laura Lucas Magnuson, la présidence américaine demande également à Viktor Ianoukovitch de reprendre un dialogue avec les dirigeants de l’opposition dès aujourd’hui pour parvenir à un consensus sur un avenir pour l’Ukraine.

Mais La Russie quant à elle a attribué le regain de violences à la politique des Occidentaux. «Ce qui se produit actuellement est le résultat direct de la politique de complaisance des hommes politiques occidentaux et des structures européennes qui, depuis le début de la crise, ferment les yeux sur les actes agressifs des forces radicales en Ukraine, encourageant de fait l’escalade et les provocations envers le pouvoir légal», déclare le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.