Le Canada envoie des observateurs militaires en Ukraine

0
126
Le Premier ministre Stephen Harper affirme que le Canada n'a pas de plan pour se joindre à d'éventuelles frappes militaires en Syrie (Photo: 45eNord.ca)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Le Premier ministre Stephen Harper affirme que le Canada n'a pas de plan pour se joindre à d'éventuelles frappes militaires en Syrie (Photo: 45eNord.ca)
Le Premier ministre Stephen Harper a annoncé l’envoi de deux observateurs militaires en Ukraine. (Archives/45eNord.ca)

Alors que des élections sont prévues en Ukraine pour le 25 mai, et malgré les vives tensions qui existent en ce moment, le Premier ministre Stephen Harper a annoncé que le Canada allait envoyer des observateurs en Ukraine dans le cadre d’une mission militaire non armée.

Stephen Harper a déclaré à la Chambre des communes que le Canada participerait ainsi à une mission d’observation militaire importante, qui a été mise sur pied pour faire état des activités militaires dans la péninsule de Crimée.

Les observateurs seront sous les auspices de Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). Dix-huit pays ont d’ores et déjà accepté de participer à la mission de l’OSCE qui commencera à Odessa et doivent envoyer chacun deux représentants militaires immédiatement.

Dans un courriel envoyé à 45eNord.ca, la porte-parole du ministre de la Défense nationale a précisé que les deux observateurs des Forces armées canadiennes sont arrivés à Odessa, en Ukraine et sont actuellement à se coordonner avec des observateurs ukrainiens et d’autres des pays participants à la mission de l’OSCE.

Ces observateurs sont des spécialistes de l’état-major interarmées stratégique de la Direction de vérification du contrôle des armements. «Ils possèdent la formation et l’expérience nécessaires pour effectuer des missions de cette nature. Nous ne pouvons pas commenter davantage sur qui sont ces personnes, pour des raisons de sécurité opérationnelle», a précisé la porte-parole.

Le ministre des Affaires étrangères, John Baird, a aussi affirmé que le Canada fournirait de nouveau un large contingent d’observateurs électoraux pour la prochaine élection en Ukraine qui doit se tenir en mai.

De plus, le Canada suspend sa participation à la Commission économique intergouvernementale du Canada-Russie (CEI), créée pour promouvoir les relations économiques entre les deux pays et «à la demande du procureur général de l’Ukraine, nous allons geler les actifs des membres du régime Ianoukovitch».

Mardi, le Premier ministre avait annoncé que le Canada suspendait toutes ses activités militaires avec la Russie, incluant l’Opération NANOOK, l’exercice VIGILENT EAGLE ou encore des rencontres militaires de haut niveau.

Lundi, la Chambre des communes, dans un rare vote unanime, a condamné les actions russes.

OTAN, USA, Europe

De son côté, l’OTAN a réagi à l’intervention militaire de la Russie en Ukraine en suspendant la grande majorité de ses rencontres militaires avec la Russie et en revoyant l’ensemble de sa collaboration avec Moscou, a fait savoir le secrétaire-général de l’organisme, mercredi.

Anders Fogh Rasmussen a ajouté que l’OTAN maintiendra ses discussions avec Moscou au plan politique, mais a aussi fait remarquer que la suspension de tous les autres projets de collaboration «envoyait un message très clair à la Russie.»

M. Rasmussen a également annoncé que l’OTAN avait décidé d’intensifier son partenariat avec l’Ukraine.

Les États-Unis pour leur part vont intensifier les entraînements aériens communs avec la Pologne et augmenter leur participation à la protection de l’espace aérien des pays baltes.

Et, pendant ce temps, les Européens ont présenté un plan d’aide massif d’au moins 11 milliards d’euros sur deux ans en faveur de l’Ukraine, à la veille du sommet européen extraordinaire sur la crise dans ce pays.