Canada et Turquie inquiets pour les groupes minoritaires tatars en Crimée

0
73
Le ministre des Affaires étrangères John Baird et son homologue turc, le ministre des Affaires étrangères de la République de Turquie, Ahmet Davutoğlu. (Archives/MAECD)
Temps de lecture estimé : < 1 minute
Le ministre des Affaires étrangères John Baird et son homologue turc, le ministre des Affaires étrangères de la République de Turquie, Ahmet Davutoğlu. (Archives/MAECD)
Le ministre des Affaires étrangères John Baird et son homologue turc, le ministre des Affaires étrangères de la République de Turquie, Ahmet Davutoğlu. (Archives/MAECD)

Comme il l’avait indiqué lors d’une conférence de presse à Montréal, vendredi 7, le ministre des Affaires étrangères John Baird s’est entretenu par téléphone avec son homologue turc Ahmet Davutoğlu sur la situation en Ukraine.

Les deux ministres ont ainsi évoqué leurs préoccupations communes devant la tournure inquiétante des récents événements en Ukraine.

MM. Baird et Davutoğlu ont souligné l’importance qu’ils attachent à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de l’Ukraine à l’intérieur de ses frontières internationalement reconnues. Ils ont indiqué que la présence de forces et de combattants étrangers en Crimée risquait de déstabiliser la région.

Les ministres ont conclu leur discussion en réitérant l’inquiétude de leurs deux pays en ce qui concerne la protection des droits des groupes minoritaires dans la péninsule de Crimée, y compris les Tatars de Crimée, et réaffirmé leur attachement à la paix et à la stabilité en Ukraine.

Après l’appel avec son homologue turc, le ministre Baird a réitéré la position du premier ministre Harper, à l’effet que le Canada ne reconnaîtrait pas un référendum tenu en Crimée, région qui fait actuellement l’objet d’une occupation militaire illégale et qu’un référendum tenu dans ces conditions porterait atteinte aux droits fondamentaux des communautés ukrainiennes et tatares.