Crise ukrainienne: le Canada impose de nouvelles sanctions et expulse des soldats russes

2
208
De passage à Montréal, le ministre des Affaires étrangères John Baird a annoncé de nouvelles mesures pour faire plier le président russe Poutine. (Nicolas Laffont/45eNord.ca)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
De passage à Montréal, le ministre des Affaires étrangères John Baird a annoncé de nouvelles mesures pour faire plier le président russe Poutine. (Nicolas Laffont/45eNord.ca)
De passage à Montréal, le ministre des Affaires étrangères John Baird a annoncé de nouvelles mesures pour faire plier le président russe Poutine. (Nicolas Laffont/45eNord.ca)

Alors qu’il s’exprimait devant des journalistes lors d’une conférence de presse, ce midi, à Montréal, après avoir rencontré des représentants de la communauté ukrainienne de la métropole, le ministre des Affaires étrangères John Baird a dit que le Canada réfléchissait à n’importe quelle «action politique et diplomatique nécessaire afin de montrer à la Russie que les choses «ne seront pas comme d’habitude».

Le ministre Baird a annoncé que le gouvernement a adopté des mesures supplémentaires pour «accroître davantage la pression» afin de convaincre le Président Poutine et la Fédération russe de «rappeler leurs troupes à leurs bases» en imposant une interdiction de voyager à «un certain nombre de personnes responsables de la menace envers l’intégrité territoriale et la souveraineté de l’Ukraine». Cette interdiction de voyager empêchera ces personnes d’entrer au Canada.

«Je prie que ça finira comme guerre d’information et pas comme guerre où les gens vont commencer à se tirer dessus l’un l’autre», a confié à 45eNord.ca le révérend Ihor Kutash, de l’église orthodoxe ukrainienne du Canada, juste après la conférence de presse de John Baird.

Le Canada ne pourra jamais, jamais, accepter qu’on évoque le nationalisme ethnique pour justifier l’invasion d’un voisin pacifique et démocratique.

John Baird, Ministre des Affaires étrangères du Canada

Hier, Ottawa a publié la liste des 18 membres du régime Ianoukovitch visés par la Loi sur blocage des biens de dirigeants étrangers corrompus. John Baird a précisé s’être entretenu ce matin par téléphone avec ses homologues d’Italie et de Turquie afin de discuter de la situation.

De plus, trois jours après avoir annoncé que le Canada suspendait toutes ses relations militaires bilatérales avec la Russie, les soldats russes présents au pays ont été avisés jeudi qu’ils devaient quitter le Canada avant la fin de journée de ce vendredi 7 mars. Il y a six soldats à Saint-Jean-sur-Richelieu qui apprennent l’anglais et le français, deux à la base de Gagetown au sein d’un programme d’entraînement, et un soldat à Gatineau qui enseigne le russe à des militaires canadiens.

Rappelons qu’environ 1,2 million de Canadiens sont originaires d’Ukraine et que le Canada avait été, en 1991, le premier pays en Occident à reconnaître l’indépendance de ce pays.

Déclaration du ministre des Affaires étrangères du Canada, John Baird, et réaction du révérend Ihor Kutash. (Vidéo: Nicolas Laffont/45eNord.ca)

Observateurs refoulés

Les observateurs militaires de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (dont deux Canadiens) se font refoulés à la frontière de la Crimée. (OSCE)

Pour la deuxième fois en deux jours, les observateurs de l’OSCE se sont fait refoulés par des hommes armés à la frontière criméenne.

Béatrice Fénelon, porte-parole pour le Ministère des Affaires étrangères, a déclaré à 45eNord.ca que «le développement en Ukraine est totalement inacceptable. Le Canada demande que les observateurs militaires aient un accès libre et sans entrave à la Crimée immédiatement. L’OSCE a tenu une rencontre officielle à Vienne plus tôt aujourd’hui et le Canada ainsi que d’autres membres ont exprimé leur opposition en présence des Russes. La mission sur place tente toujours de négocier l’accès à la Crimée».

2 COMMENTS

Comments are closed.