La Légion royale canadienne accueille désormais la GRC et agents de la paix

Le Président national de la Légion royale canadienne, Gordon Moore. (Archives/Légion royale canadienne)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Le Président national de la Légion royale canadienne, Gordon Moore. (Archives/Légion royale canadienne)
Le Président national de la Légion royale canadienne, Gordon Moore. (Archives/Légion royale canadienne)

Réunie lors du 45e congrès national à Edmonton, la Légion royale canadienne a voté à l’unanimité un amendement qui inclut désormais les membres de la gendarmerie royale canadienne ainsi que les agents de la paix ayant servi en zone de service spécial.

«Je suis fier de voir nos délégués approuver à l’unanimité une motion du commandant de Terre-Neuve-et-Labrador sur la nouvelle définition d’un ancien combattant», a déclaré le président de la Légion, Gordon Moore. Cette décision entre dans le cadre d’une modernisation et rajeunissement de l’organisation.

La nouvelle définition qui a été votée se présente désormais comme suit: «Un Vétéran est tout type de personne ayant servi dans les Forces armées canadiennes, au Commonwealth, ou ses alliés, en temps de guerre, ou comme membre régulier de la Gendarmerie royale canadienne, ou comme agent de la paix en zone de service spécial, ou dans la Marine marchande ou ferroviaire en temps de guerre».

«La guerre en Afghanistan, les opérations de support de la paix et les incidents de Mayerthorpe et de Moncton ont clairement démontré les risques encourus par les agents de la paix», a poursuivi Moore.

Le ministre des Anciens Combattants, Julian Fantino, a fait l’annonce, lors du congrès lundi dernier, du prolongement d’une autre année du partenariat avec le gouvernement canadien et que le financement passera de 120.000$ à 240.000$.

La Légion est la plus grande organisation de services aux vétérans au Canada. Elle compte plus de 320.000 membres.