François Hollande au Sahel pour lancer l’Opération Barkhane

0
188
Le président François Hollande arrivant au Niger. (Présidence de la République)
Temps de lecture estimé : 1 minute
Le président François Hollande arrivant au Niger. (Présidence de la République)
Le président François Hollande arrivant au Niger. (Présidence de la République)

Le Président français François Hollande a entamé, jeudi 17 juillet, par la Côte d’Ivoire, une visite de plusieurs Etats africains, notamment pour mettre en avant la nouvelle opération militaire remplacant SERVAL, au Mali.

Sa visite est en effet l’occasion de discuter avec ses homologues africains de la mission BARKHANE.

Annoncée par le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, le 13 juillet, l’opération militaire prendra la suite de l’Opération SERVAL, lancée le 11 février 2013 pour empêcher la progression des islamistes dans le nord du Mali.

L’objectif affiché par le ministre de la Défense est d’empêcher la reconstitution des groupes djihadistes entre la Libye et l’océan Atlantique.

Ce sont 3.000 soldats dont 1.700 rien que pour la France qui seront déployés, les autres provenant des cinq pays du Sahel: la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger et le Tchad.

La capitale tchadienne va devenir en quelque sorte le cerveau de BARKHANE. Elle y accueillera le poste de commandement interarmées de théâtre, soit le site où les décisions stratégiques seront prises concernant toutes les autres bases françaises de la région rattachées à l’opération: au Niger, au Burkina Faso, en Mauritanie et au Mali.

Le centre de commandement de Bamako sera donc transféré à Ndjamena. Des travaux y ont été entrepris, et il ne manque plus qu’un accord formel entre François Hollande et son homologue tchadien Idriss Déby.