Irak: enlisement politique et militaire

Des chiites irakiens paradent en armes à Kerbala, le 25 juin 2014 (Mohammed Sawaf/AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Des chiites irakiens paradent en armes à Kerbala, le 25 juin 2014 (Mohammed Sawaf/AFP)
Des chiites irakiens paradent en armes à Kerbala, le 25 juin 2014 (Mohammed Sawaf/AFP)

En proie aux divisions confessionnelles, le Parlement irakien s’est vu obligé de reporter la session de mardi puisque les députés n’ont pas réussis à s’entendre quant au choix du président de la chambre.

Selon un député sous couvert d’anonymat, la séance a été reportée au 12 août. Cela reporte également la nomination du prochain Premier ministre du pays et pousse un peu plus près le pays au bord de l’implosion.

Lundi dernier, les députés en étaient venus à s’invectiver ou à quitter la salle lors de la séance inaugurale du Parlement issu du scrutin du 30 avril alors que pays a un besoin vital d’unité politique face à l’offensive des insurgés sunnites au nord et dans l’ouest.

Pour sa part, le premier ministre sortant, Nouri al-Maliki, qui tente de briguer un troisième mandat, a annoncé qu’il ne renoncerait jamais à présenter sa candidature. Il est accusé d’avoir exclu la communauté sunnite des postes clés du pouvoir et d’avoir ainsi mené le pays à cette situation chaotique.

En plus des divisions confessionnelles entre sunnites et chiites, le président du Kurdistan irakien, Massoud Barzani, a décidé d’organiser un référendum pour l’indépendance de cette région autonome d’Irak, très riche en ressources pétrolières.

L’armée nationale piétine

Sur le terrain, l’armée qui tente reprendre le terrain perdu par sa contre-offensive lancée le 29 juin dernier, piétine, en dépit de la livraison d’avions de combat russes, de conseillés militaires américains et de l’aide de milices chiites. Elle n’a pas réussi à reprendre Tikrit (nord) qui est l’ancien bastion de Saddam Hussein.

De plus, selon le porte-parole du premier ministre, le général Najm Abdallah Sudan qui était le commandant de la sixième brigade a été tué lundi lors d’un bombardement à une vingtaine de kilomètres de Bagdad.