Les raids de l’armée irakienne ont fait au moins 75 victimes

0
60
Des réfugiés irakiens (Archives/MANUI)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Des réfugiés irakiens (Archives/MANUI)
Des réfugiés irakiens (Archives/MANUI)

Selon Human Rights Watch (HRW), les opérations menées par l’armée contre les jihadistes ont causé pas moins de 75 décès du côté des civils, depuis le début des hostilités entre les rebelles et le gouvernement chiite de Nouri al-Maliki.

En outre, de ce nombre de 75 décès, toujours selon les dires de l’ONG, 17 civils ont péri dans l’explosion de barils d’explosifs, incluant sept femmes et deux enfants, et des centaines de civils auraient aussi été blessés depuis début juin dans les raids des troupes gouvernementales. HRW insiste sur le fait que les troupes gouvernementales irakiennes, à l’instar de l’armée syrienne, bombardent sans arrêt des zones civiles à l’aide de barils d’explosifs depuis le début du conflit, ce que dément très vivement le gouvernement en place.

Ce type de bombe est des plus meurtrières ; elles sont composées d’essence et de shrapnel à l’intérieur de barils, visant à causer le maximum de dommages. Ces bombardements auraient principalement lieu dans la ville Fallujah, localité ayant tombée aux mains des insurgés en janvier dernier.

Les déclarations d’Human Rights Watch surviennent alors que les relations entre Bagdad et Washington sont mises à rude épreuve, compte tenu des propos et agissements sectaires de premier ministre chiite irakien.

Malgré tout cela, la livraison de missiles Hellfire par les américains vers l’État irakien continue de plus belle.

Demande de retrait

Compte tenu des atrocités commises par le gouvernement, l’ONG demande à la communauté internationale, en particulier aux pays venant en aide à l’Irak dans ses campagnes militaires contre les insurgés, à retirer leur soutien jusqu’à ce que les troupes gouvernementales et les milices qui leur sont alliées cessent leurs attaques contre les civils.

Cela va-t-il arriver? Pas sûr…