Mali: nouveau décès d’un soldat français

0
153
L'adjudant chef français Dejvid Nikolic, mort au Mali le 14 juillet 2014. (Ministère de la Défense )
Temps de lecture estimé : 2 minutes
L'adjudant chef français Dejvid Nikolic, mort au Mali le 14 juillet 2014. (Ministère de la Défense )
L’adjudant chef français Dejvid Nikolic, mort au Mali le 14 juillet 2014. (Ministère de la Défense )

Le gouvernement français a annoncé mardi le décès d’un de ses soldats lors d’une mission de reconnaissance dans le nord du Mali, dans le secteur de Almoustarat.

L’attaque suicide perpétrée par des «terroristes», avec un véhicule de type Pick up, a été lancée contre des véhicules blindés de la force Serval à une centaine de kilomètres au nord de Gao. Sept militaires ont été blessés par l’explosion, dont trois gravement et ont été transportés par hélicoptère dans un hôpital militaire à Gao.

L’un d’eux, l’adjudant-chef Dejvid Nikolic du 1er régiment étranger du génie de Laudun dans le Gard, est décédé dans la soirée après avoir succombé à ses blessures. Il est le neuvième soldat français mort au combat dans le cadre de la mission Serval au Mali.

Il s’agit du premier soldat français tué dans un attentat suicide depuis le début de l’Opération SERVAL, mission destinée à lutter contre les groupes islamistes armés du nord du Mali qui menaçaient la capitale Bamako.

Le président de la République François Hollande a offert ses condoléances à la famille du sous-officier en leur assurant la «solidarité du pays dans ces douloureuses circonstances».

1.600 militaires français participent, aux côtés des forces de la MINUSMA et des FAMA, à la mission antiterroriste et de stabilisation du pays.

Dimanche, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a annoncé la fin «de fait» de l’Opération SERVAL qui a été selon lui «menée à bien avec une grande efficacité».

La France réorganisera dans les prochains jours son dispositif militaire dans la région dans le cadre de l’Opération BARKHANE, suite de l’Opération SERVAL qui a pour objectif de lutter contre les groupes islamistes opérant dans la bande sahélo-saharienne, et non dans un seul pays.