Menaces aux chrétiens irakiens: le Premier ministre Maliki condamne les extrémistes

0
91
Capture d'écran d'une vidéo de propagande du chef de l'État islamique (EI), Abou Bakr Al-Baghdadi, désormais désigné par son groupe «Calife» et «Commandeurs des croyants» (45eNord.ca)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Les forces de sécurité irakiennes vérifient l'identité d'un homme à l'entrée d'un bureau de vote de Kirkouk, le 30 avril 2014 (Marwan Ibrahim/AFP)
Le Premier ministre irakien Nouri al Maliki, en 2014 (Arhives/Marwan Ibrahim/AFP)

Le Premier ministre chiite irakien a condamné, dimanche, les extrémistes sunnites pour leurs actions visant les chrétiens dans le territoire qu’ils contrôlent dans le nord et l’ouest du pays.

Nouri al-Maliki a ainsi condamné dans un communiqué l’éviction des chrétiens de Mossoul et pressé la communauté internationale de faire front uni contre les insurgés face auxquels ses troupes ne parviennent pas à rencontrer de réels succès.

Les exactions de l’État islamique envers les minorités religieuses «révèlent  la nature criminelle et terroriste de ce groupe et le danger qu’il représente pour l’héritage plusieurs fois centenaire» de cette communauté minoritaire, a affirmé M. Maliki.

Le Premier ministre a fait ces commentaires alors que l’ultimatum de l’État islamique exigeant que les chrétiens de Mossoul se convertissent à l’islam, paient une taxe ou meurent, est arrivé à expiration. La plupart des chrétiens ont choisi de fuir vers la région autonome kurde à proximité ou dans d’autres localités protégées par les forces kurdes.

Des responsables des villes saintes chiites de Kerbala et Najaf, accueillant déjà de très nombreux réfugiés chiites, ont déclaré que les portes de leurs cités étaient ouvertes aux chrétiens.

Lors de son traditionnel service du dimanche sur la place Saint-Pierre, au Vatican, le pape François a exprimé son inquiétude pour les chrétiens de Mossoul et a exhorté les fidèles à prier pour les chrétiens d’Irak qui sont «persécutés, pourchassés et forcés de quitter leur maison sans possibilité d’apporter quoi que ce soit» avec eux.

L’État islamique tente d’appliquer et d’imposer une interprétation radicale de la loi islamique sur tout le territoire que ses fidèles contrôlent, depuis leur offensive du 9 juin dernier. Des résidents de Mossoul ont indiqué que des combattants de l’État islamique avaient récemment commencé à occuper des églises et à saisir des maisons appartenant à des chrétiens qui ont fui la ville.

Les extrémistes ont déjà interdit l’alcool et les pipes à eau et ont recouvert de peinture des affiches publicitaires montrant des visages de femmes.

La présence des chrétiens en Irak remonte aux premiers siècles de la chrétienté. Avant l’invasion américaine de 2003, il y avait environ un million de chrétiens en Irak. Mais depuis, la communauté a été une cible fréquente des extrémistes, et les attaques contre les églises, les croyants et les membres du clergé ont poussé de nombreux chrétiens à fuir le pays. Les responsables estiment que la communauté chrétienne d’Irak compte maintenant moins de 500.000 personnes.