Centrafrique: vives tensions et échanges de tirs à Bangui

0
103
Des combattants anti-Balaka à Bangui en République centrafricaine (Archives/Till Muellenmeister/IRIN)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Des combattants anti-Balaka à Bangui en République centrafricaine (Archives/Till Muellenmeister/IRIN)
Des combattants anti-Balaka à Bangui en République centrafricaine (Archives/Till Muellenmeister/IRIN)

Des affrontements et des tirs à l’arme lourde ont éclaté dans la nuit de vendredi à samedi dans un quartier nord de Bangui entre différentes factions des milices anti-balaka, a-t-on appris de sources concordantes.

Les tirs avaient cessé samedi à la mi-journée, mais la situation restait tendue selon des habitants.

«Ce sont les anti-balaka (milices chrétiennes, ndlr) qui ne nous laissent pas en paix», a expliqué à l’AFP une habitante fuyant le quartier de Boy-Rabe, comme des dizaines d’autres habitants.

«Depuis hier soir, ils se livrent à des attaques ciblées arme à la main. Les habitants n’osent même pas sortir. Il faut seulement profiter d’une accalmie pour quitter la zone. En tentant de fuir, certains habitants ont été blessés dans des tirs croisés», a-t-elle ajouté.

«Il y a une situation de tension qui couve dans le quartier Boy-rabe où on déplore déjà deux morts» parmi les anti-balaka, a déclaré un officier de la force africaine MISCA sous couvert d’anonymat.

Ils ont été tués « dans des conditions qui s’apparentent à des règlements de comptes», a-t-il expliqué.

«La force Sangaris est déployée aux entrées de Boy-Rabe. Nous veillons aussi pour circonscrire la situation afin que cela ne s’étende pas à d’autres quartiers », a ajouté l’officier de la Misca.

Fief des anti-balaka, Boy-Rabe a été pendant des mois le théâtre de nombreux affrontements entre ces milices chrétiennes réputées proches de l’ancien président François Bozizé, et les ex-rebelles Séléka, à dominante muslmane, qui avaient pris le pouvoir entre mars 2013 et janvier 2014.