Guerre froide: 16 bombardiers nucléaires russes ont frôlé notre zone de défense dans les derniers 10 jours

8
12813
Un bombardier russe quadrimoteur Tupolev Tu-95MS (28 RED) à la base aérienne russe d'Engels [région de Saratov, Volga] (Archives/Russavia)
Temps de lecture estimé : 3 minutes

Un bombardier russe quadrimoteur Tupolev Tu-95MS (28 RED) à la base aérienne russe d'Engels [région de Saratov, Volga] (Archives/Russavia)
Un bombardier russe quadrimoteur Tupolev Tu-95MS (28 RED) à la base aérienne russe d’Engels [région de Saratov, Volga] (Archives/Russavia)
Des avions russes de l’ère soviétique s’approchent et frôlent maintenant les limites de notre territoire plus que jamais depuis la fin de la guerre froide: des bombardiers à capacité nucléaire de l’armée de l’air russe auraient mené pas moins de 16 incursions dans et autour des zones d’identification de défense aérienne du nord-ouest au cours des dix derniers jours.

Les incursions ont eu lieu principalement le long de la zone d’identification de défense aérienne de l’Alaska , et l’un des vols est même entré dans la zone de défense aérienne du Canada, a indiqué le porte-parole du Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord et de l’US Northern Command, le major Beth Smith.

L’ours russe est bien éveillé et il rôde.

Le major Smith a indiqué que les avions russes impliqués dans les incursions comprenait un «mélange» de bombardiers lourds Tu-95 Bear H, d’avions de reconnaissance maritime Tu-142 Bear F, ainsi qu’un avion de collecte de renseignements IL-20.

«L’incursion des vols de Tu-95 Bear H russe bombardiers a déclenché le brouillage des communications des avions de chasse américains à plusieurs reprises.»

Le Tupolev Tu-95 Bear H, pour un, est assez «impressionnant». Bombardier lourd soviétique développé dans les années 1950, il peut emporter jusqu’à seize missiles, soit six missiles de croisière Kh-55 et dix autres missiles sur les pylônes sous ses ailes.

Sa mission à l’époque de la guerre froide: être toujours en alerte au cas où il faudrait bombarder le bloc de l’Ouest.

Le Bear F, lui, est la version maritime du Tu-95 pour la surveillance côtière et la neutralisation des sous-marins, alors que l’Iliouchine Il-20 est un avion de reconnaissance quadrimoteur,  utilisé d’ailleurs pour le balayage radar, la cartographie, l’écoute des communications radio et la prise de photos aériennes au-dessus des pays de l’OTAN pendant la guerre froide.

Le porte-parole a affirmé que ces vols russes sont probablement des missions et des exercices d’entraînement de routine, mais a noté cependant une recrudescence inhabituelle d’activité. Un responsable de la défense des États-Unis a déclaré toutefois pour sa part que les vols russes ne semblent pas être de simples missions de formation.

Bien qu’il n’aient pas violé notre espace aérien à proprement parler, les forces nucléaires stratégiques russes «semblent être en train d’essayer de tester nos réactions de défense aérienne, et/ou nos systèmes de commandement et de contrôle», a ajouté ce responsable.


Vidéo d’animation montrant l’interception d’un bombardier russe Tu-95 par un chasseur américain (J. Butler)

Une pareille augmentation du nombre d’incursions aériennes russes est très rare et la dernière fois qu’il y a eu autant d,aéronefs russes pénétrant sans autorisation dans la zone de défense aérienne nord-américaine en si peu de temps remonte à l’époque de la guerre froide.

Les forces américaines avait confirmé auparavant que ses avions de chasse F-22 et F-15 avaient interceptés quatre bombardiers russes Tu-95 Bear H à long rayon d’action près de l’Alaska, sur la côte nord de la Californie, le 9 mai dernier.

En outre, en avril dernier, un chasseur russe SU-27 Flanker a été signalé volant dangereusement près de l’avion de collecte de renseignements RC-135U de la US Air Force dans les eaux internationales entre la Russie et le Japon.

Ces bombardiers russes dans la zone de défense aérienne semblent loin d’être une affaire courante. On a décidément de plus en plus l’impression de voir un mauvais remake d’un film des années cinquante.

8 COMMENTS

  1. Pourriez-vous corriger vos textes avant de les publier?

    ainsi que qu’un avion de collecte de renseignements IL-20.

    être toujours en alerte au cas où la guerre froide au cas où il faudrait bombarder le bloc de l’Ouest.

  2. Je peux comprendre votre frustration, mais il serait bien de mettre de l’eau dans votre vin. Ils font leur possible. et de ce que je lis sur des sites comme le figaro et autre site en Europe.
    vous seriez décourager.
    cordialement John

  3. Je suis surprit de la tournure de cette phrase : « près de l’Alaska, sur la côte nord de la Californie, « … On oublie la côte ouest canadienne et deux états des États-Unis ? 🙂

  4. Ce n’est pas un article anglais traduit en français, mais un texte écrit à partir des déclarations de responsables militaires et des informations disponibles sur les sites officielles. Mais, oui, ces déclarations ont été faites en anglais, certainement pas en swahili. Merci! (P.S. Et, en passant, cet article commence à dater).

Comments are closed.