Ukraine: Harper fait un parallèle entre la grande famine des années 30 et la situation actuelle!

0
96
Le premier ministre Harper souligne samedi 22 novembre 2014 le 81e anniversaire de l'Holodomor, la grande famine qui a dévasté l'Ukraine à l'époque stalinienne et qui est considéré par le Canada comme un «crime contre l'humanité (PMO)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Le premier ministre Harper souligne samedi 22 novembre 2014 le 81e anniversaire de l'Holodomor, la grande famine qui a dévasté l'Ukraine à l'époque stalinienne et qui est considéré par le Canada comme un «crime contre l'humanité (PMO)
Le premier ministre Harper souligne samedi 22 novembre 2014 le 81e anniversaire de l’Holodomor, la grande famine qui a dévasté l’Ukraine à l’époque stalinienne et qui est considéré par le Canada comme un «crime contre l’humanité (PMO)

Alors qu’est commémoré ce samedi le 81e anniversaire de l’Holodomor,  le premier ministre Harper, jamais à court d’hyperboles, a tracé un parallèle entre la grande famine qui a dévasté l’Ukraine à l’époque stalinienne,  faisant des millions de morts, et la situation actuelle, soulignant du même souffle que «le Canada continue de soutenir le peuple de l’Ukraine dans [ses] efforts en vue d’assurer», son avenir.

«C’est aujourd’hui le Jour commémoratif de l’Holodomor, [en ukrainien, «extermination par la faim, ndlr] une sombre commémoration pendant laquelle les gens du monde entier se remémorent la famine délibérément imposée à des millions d’hommes, de femmes et d’enfants ukrainiens en 1932 et en 1933 par le régime communiste tyrannique de Joseph Staline», a rappelé le premier ministre canadien.

«En cette triste journée, unissons-nous aux Ukrainiens du Canada et du monde entier en nous rappelant les victimes de ce génocide, qui visait à anéantir les aspirations, la liberté et l’indépendance d’un peuple fier», a-t-il poursuivi, appelant à se souvenir «du courage et de la détermination immenses dont ont fait preuve les Ukrainiens ayant survécu à cette horrible période et raconté au reste du monde les épreuves atroces qu’ils ont traversées».

Traçant un parallèle historique avec la situation actuelle dans le pays, le chef du gouvernement canadien a ajouté qu’«Aujourd’hui, le Canada continue de soutenir le peuple de l’Ukraine dans les efforts qu’il déploie en vue d’assurer un avenir pacifique et prospère à son pays»

»Nous continuons», a dit Stephen Harper, «d’être solidaires de l’Ukraine face à l’occupation illégale de la péninsule de Crimée par le régime Poutine et face aux agressions militaires perpétrées par ce régime dans l’est de l’Ukraine».

Un langage semblable à celui des dirigeants ukrainiens

Le premier ministre canadien tient  donc en ce Jour commémoratif de l’Holodomor un discours très semblable à celui des dirigeants pro-occidentaux ukrainiens actuels.

En Ukraine, le président Petro Porochenko, qui a déposé aux côtés du Premier ministre Arseni Iatseniouk et de plusieurs membres du gouvernement une gerbe de fleurs devant le mémorial aux victimes, a lui aussi fait fait un parallèle entre l’Holodomor et le conflit actuel.

«À l’époque aussi, une guerre non déclarée, mais pourtant bien réelle, se menait contre l’Ukraine », a-t-il déclaré, «Il semble que les descendants spirituels de Staline, Kaganovitch et Postichev (considérés comme les artisans de l’Holodomor) ne se sont pas dissous dans les brumes de l’Histoire. Ils mènent un bal sanglant dans les territoires » de l’est de l’Ukraine, sous contrôle des rebelles prorusses»

Ici, le premier ministre Harper a aussi rappelé dans son message à l’occasion de la commémoration de la grande famine l’appui tangible du Canada à l’Ukraine: de l’équipement et des fournitures aux forces armées ukrainiennes, «une importante aide financière et humanitaire» et le déploiement déployé d’observateurs électoraux lors de huit élections consécutives en Ukraine «pour veiller à ce que ces élections soient libres et équitables».

«Engageons-nous de nouveau à appuyer l’Ukraine, qui poursuit son cheminement en tant que membre fier et indépendant de la famille des nations européennes.», a finalement lancé le premier ministre canadien.

Pour le Canada, l’Holodomor est un «crime contre l’humanité»

La grande famine ukrainienne des années 1932-1933 a provoqué la mort de plusieurs millions de personnes, mais, si la plupart des historiens s’accordent aujourd’hui sur la responsabilité des autorités soviétiques et de Joseph Staline dans cette famine, mais plusieurs s’interrogent encore son caractère intentionnel qui ferait de son organisation un crime contre l’humanité.

La question de savoir si l’Holodomor constitue ou non un génocide reste donc âprement débattue.

Fin 2006, l’Ukraine a officiellement qualifié l’Holodomor de génocide.

Le caractère génocidaire de cette famine est cependant contesté par le Kazakhstan et la Russie, qui font valoir que les politiques qui ont mené à la famine ne visaient intentionnellement pas à faire périr les Ukrainiens et que, par ailleurs,l’Ukraine n’a pas été la seule république touchée.

C’est ainsi que l’Holodomor n’est n’est pas reconnu comme un génocide par l’ONU.

Le Parlement européen, lui, a reconnu en 2008 l’Holodomor comme un crime contre l’humanité, jugeant qu’il s’agissait d’une famine provoquée et d’un « crime contre le peuple ukrainien et contre l’humanité».

Le Canada, qui abrite la plus importante communauté ukrainienne en dehors de l’Ukraine et de la Russie, et qui a été depuis toujours soutenu inconditionnellement une Ukraine indépendante, a quant à lui officiellement reconnu l’Holodomor comme étant un acte de génocide au mois de mai 2008.

Et le gouvernement demeure résolu, a dit le premier ministre, «à sensibiliser les Canadiens à ce crime contre l’humanité».