Afghanistan: au moins six soldats tués dans attentat suicide contre un bus de l’armée près de Kaboul

0
69
Un bus de l'armée touché par un attentat suicide le 11 décembre 2014 dans le quartier de Tangi Tarakhil, près de Kaboul (Shah Marai/AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Un bus de l'armée touché par un attentat suicide le 11 décembre 2014 dans le quartier de Tangi Tarakhil, près de Kaboul (Shah Marai/AFP)
Un bus de l’armée touché par un attentat suicide le 11 décembre 2014 dans le quartier de Tangi Tarakhil, près de Kaboul (Shah Marai/AFP)

Un attentat suicide revendiqué par les talibans a tué au moins six soldats afghans ce jeudi 11 décembre en matinée dans la banlieue de la capitale Kaboul, rapporte l’AFP, citant des responsables de la police locale afghane.

«Un kamikaze à pied s’est fait exploser au passage d’un autobus de l’armée dans le quartier de Tangi Tarakhil», près de Kaboul, a déclaré à l’agence de presse le général Farid Afzali, un haut responsable de la police locale, indiquant que six soldats avaient perdu la vie et qu’une dizaine d’autres avaient été blessés.

Les talibans ont pour leur part revendiqué cet attentat contre des soldats qui intervient à un peu plus de deux semaines de la fin de la mission de combat de l’Otan en Afghanistan.

Un peu plus tard dans la journée, un kamikaze a attaqué le centre culturel français de Kaboul, faisant au moins un mort et une vingtaine de blessés, attentat lui aussi revendiqué par les talibans.

«Aucune victime française n’est à déplorer», a indiqué le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, ajoutant que «L’ambassade de France est mobilisée aux côtés des autorités afghanes pour porter secours aux blessés».

L’essentiel des forces de l’Otan, qui ont compté jusqu’à 130.000 soldats en 2010, partira d’ici à la fin du mois.

En 2015, une force étrangère résiduelle plus légère d’environ 12.500 hommes, qui sera chargée de l’assistance et de la formation, restera toutefois dans le pays pour la mission «Soutien résolu».

Malgré la fin de la saison des combats à l’approche de l’hiver, enhardis par le départ prochain des forces de l’Otan, les talibans ont lancé une série d’attaques meurtrières, dont plusieurs attentats suicide visant tant les forces de sécurité afghanes que les civils

Les attentats sanglants se sont multipliés à travers l’Afghanistan, notamment à Kaboul.

Selon des chiffres publiés par des responsables américains, plus de 4.600 soldats et policiers afghans sont morts au combat depuis le début de l’année

Ces pertes massives et les attaques incessantes nourissent la crainte d’une montée incontrôlable de la violence après le départ de l’Isaf.

Au début de ce mois-ci, le général Zahir Zahir, le chef de la police de Kaboul, avait d’ailleurs présenté sa démission, rejetée par le ministre de l’Intérieur, à la suite d’une vague d’attentats dans la capitale a été rejetée par les autorités afghanes.

Dans l’espoir de stabiliser le pays, alors que les forces étrangères diminuent radicalement leur présence en Afghanistan le nouveau président Ashraf Ghani a appelé les talibans à des négociations, mais ceux-ci refusent pour l’heure de dialoguer directement avec Kaboul.

*Avec AFP