Irving remporte le contrat de 2,3 Milliards $ de construction des navires de patrouille extracôtiers

2
123
Le KV Svalbard, un navire de patrouille extracôtier de l'Arctique de classe DeWolf comme ceux que construira Irving pour le Canada (Wikipédia)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Le KV Svalbard, un navire de patrouille extracôtier de l'Arctique  de classe DeWolf comme ceux que construira Irving pour le Canada (Wikipédia)
Le KV Svalbard, un navire de patrouille extracôtier de l’Arctique de classe DeWolf comme ceux que construira Irving pour le Canada (Wikipédia)

La ministre des Travaux publics, Diane Finlay, et le ministre régional de la Nouvelle-Écosse, Peter MacKay ont annoncé aujourd’hui l’attribution d’un contrat à Irving Shipbuilding Inc. pour la construction de six navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique (NPEA) dans le cadre de la Stratégie nationale d’approvisionnement en matière de construction navale (SNACN).

Le gouvernement fédéral avait déjà signé en mars 2013 un contrat avec le chantier naval Irving Shipbuilding pour la définition des futurs navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique (NPEA).

La contrat près de 300 millions $ avait pour but de peaufiner et achever la conception des navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique pour que ces derniers soient prêts à la production avant 2015.

Le contrat d’aujourd’hui, d’une valeur de 2,3 milliards de dollars, marque, lui, le début de la phase de construction dans le cadre de la SNACN.

Le contrat de construction des NPEA assurera le maintien d’environ 1 000 emplois à Irving Shipbuilding.

Le contrat énonce le plan de livraison des six navires en fonction d’un prix plafond.

Le contrat de construction, d’une valeur de 2,3 milliards de dollars, est un contrat à frais remboursables avec prime d’encouragement qui prévoit des incitatifs pour qu’Irving Shipbuilding livre six navires à la Marine royale canadienne en respectant un prix plafond prédéterminé qui ne doit pas être dépassé.

La construction d’un premier bloc pour le premier NPEA est prévue pour l’été et la pleine production commencera en septembre 2015. La livraison du premier navire canadien de Sa Majesté de classe Harry DeWolf est prévue pour 2018.

Il a aussi été confirmé qu’Irving Shipbuilding sera également l’entrepreneur principal dans le cadre du projet des navires de combat de surface canadiens.

« L’attribution de ce contrat dans le cadre de la Stratégie nationale d’approvisionnement en matière de construction navale est une excellente nouvelle pour nos Forces armées canadiennes et pour l’ensemble de la population canadienne. Notre gouvernement prend des mesures pour veiller à ce que la Marine royale canadienne et la Garde côtière canadienne disposent de l’équipement nécessaire pour réaliser leurs activités efficacement dans le contexte actuel et dans l’avenir », a déclaré le ministre régional de la Nouvelle-Écosse et ex ministre de la Défense, Peter MacKay.

« Notre gouvernement s’est engagé à veiller à ce que les Forces armées canadiennes et la Marine royale canadienne disposent de l’équipement nécessaire pour surveiller et défendre les eaux canadiennes et pour contribuer aux opérations navales internationales pendant une bonne partie du 21e siècle. Les navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique aideront la Marine à revendiquer et à faire respecter la souveraineté du Canada dans ses eaux territoriales, y compris en Arctique. », a pour sa part ajouté l.actuel ministre de la Défense, Rob Nicholson.

Les nouveaux navires de patrouille extracôtiers de l’Arctique seront construits par Irving Shipbuilding (MDN)
Les nouveaux navires de patrouille extracôtiers de l’Arctique de classe DeWolf seront équipés de capteurs à la fine pointe de la technologie et seront en mesure d’exploiter et de soutenir les nouveaux hélicoptères navals Cyclone.

Conjointement avec d’autres capacités des Forces armées canadiennes et de la Garde côtière canadienne, les navires de classe DeWolf joueront un rôle essentiel dans la protection de la juridiction extracôtière du Canada dans l’Atlantique, le Pacifique et l’Arctique, affirme le communiqué d’Ottawa qui annonce le contrat.

Les NPEA auront de nombreuses capacités, y compris la capacité de fonctionner dans de la glace de première année ayant jusqu’à un mètre d’épaisseur, la capacité de maintenir les opérations pendant une période allant jusqu’à quatre mois et une capacité de commandement, de contrôle et de communication permettant d’échanger des renseignements en temps réel avec les Centres d’opération de la sécurité maritime des Forces armées canadiennes. Ils seront également dotés de radars de veille de surface modernes et d’un canon.

2 COMMENTS

Comments are closed.