Terrorisme: l’UE prépare un plan de bataille « ambitieux »

0
53
Le ministre belge de l'Intérieur, Jan Jambon, à Riga le 29 janvier 2015 (AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Le ministre belge de l'Intérieur, Jan Jambon, à Riga le 29 janvier 2015 (AFP)
Le ministre belge de l’Intérieur, Jan Jambon, à Riga le 29 janvier 2015 (AFP)

Les ministres de l’Intérieur de l’UE se sont réunis jeudi à Riga pour finaliser un plan de bataille se voulant « concret et ambitieux ». Il s’agit de contrer la propagande des islamistes radicaux et de prévenir de nouveaux attentats en Europe.

« Il y a urgence », a insisté le ministre belge de l’Intérieur Jan Jambon à son arrivée. Après les attaques qui ont fait dix-sept morts à Paris début janvier, des coups de filets menés dans plusieurs pays, et notamment en Belgique, contre la mouvance islamiste ont mis l’Europe sur pied de guerre.

Une série d’options concrètes sont sur la table des ministres. Il s’agit par exemple de contrôler systématiquement les ressortissants de l’UE aux entrées et aux sorties de l’espace Schengen, de constituer un registre européen des données des passagers des avions afin de pouvoir suivre les déplacements de suspects, de se doter de la technologie pour suivre les échanges sur les réseaux sociaux et de décrypter certaines communications.

Par ailleurs, il est prévu de travailler pour éliminer les causes de la radicalisation des musulmans en Europe, d’éviter leur recrutement par les mouvements islamistes, d’empêcher leur départ pour les zones de conflit, et de les localiser à leur retour en Europe.

L’Union européenne doit faire bloc et ne plus agir en ordre dispersé, comme elle le fait actuellement, a souligné le coordinateur européen pour la lutte antiterroriste Gilles de Kerchove. « J’attends l’adoption de propositions concrètes et ambitieuses pour le sommet des chefs d’Etats et de gouvernements le 12 février à Bruxelles », a-t-il déclaré.

Plus de 3000 Européens radicalisés ont rejoint les mouvements terroristes islamistes en Syrie et en Irak, selon les données fournies par les Etats, et près de 30% sont revenus en Europe.