Fin de l’opération militaire américaine contre l’Ebola au Liberia

0
69
Des membres du personnel médical des Forces armées canadiennes font l’objet d’un examen visant à détecter tout liquide organique résiduel à la suite d’une décontamination individuelle, au cours de l’entraînement préalable au déploiement en vue de l’opération SIRONA avec leurs homologues britanniques, au Centre d’instruction des services médicaux de l’armée, à Strensall, au Royaume-Uni, le 11 décembre 2014. (Sgt Yannick Bedard/Caméra de combat des Forces canadiennes)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Un agent sanitaire accompagne des malades du virus Ebola dans une zone sécurisée de l'hôpital Elwa à Monrovia, le 7 septembre 2014 (Dominique Faget/AFP)
Un agent sanitaire accompagne des malades du virus Ebola dans une zone sécurisée de l’hôpital Elwa à Monrovia, le 7 septembre 2014 (Dominique Faget/AFP)

Les États-Unis ont mis un terme jeudi à leur opération militaire pour combattre l’épidémie d’Ebola au Liberia, lors d’une cérémonie militaire à Monrovia, a constaté un journaliste de l’AFP.

«L’importance des progrès que nous voyons aujourd’hui signifie plus qu’une diminution du nombre de cas confirmés ou suspects d’Ebola. Ces progrès se voient aussi à travers la capacité des Libériens à reprendre une vie normale», a déclaré jeudi le général Gary Volesky, chef de l’opération militaire américaine lors d’une cérémonie à Monrovia.

La 101e division aéroportée a «baissé ses couleurs» lors de cette cérémonie qui marque la fin de la mission entamée en septembre au Liberia, un des trois pays les plus touchés par la maladie d’Ebola qui a fait en un peu plus d’un an plus de 9500 décès.

Washington avait déployé jusqu’à 2800 soldats en Afrique de l’Ouest, essentiellement au Liberia, pour construire des centres de traitement, former du personnel et apporter un soutien logistique aux agences d’aide internationale. Moins d’une centaine devraient rester sur place d’ici fin avril.

Cette fin de l’opération militaire américaine a lieu alors que la présidente libérienne Ellen Jonhson Sirleaf doit s’adresser jeudi au Congrès américain pour remercier Washington de son aide dans la lutte contre Ebola. Elle sera ensuite reçue par le président Barack Obama.

La fin de la mission intervient aussi après la réouverture des écoles le 16 février, suivie de la levée du couvre-feu et de la réouverture des frontières du Liberia dimanche en raison de la décrue de l’épidémie d’Ebola.

L’épidémie de fièvre hémorragique est la plus importante depuis l’identification du virus en 1976, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Le Liberia où elle a tué plus de 4000 personnes, la Guinée et la Sierra Leone sont les trois pays les plus touchés par la maladie.