Le deuxième groupe de l’opération Sirona quitte le Royaume-Uni pour la Sierra Leone

0
83
Des membres du personnel médical des Forces armées canadiennes exécutent les procédures de décontamination individuelle au cours de l’entraînement préalable au déploiement en vue de l’opération SIRONA avec leurs homologues britanniques, au Centre d’instruction des services médicaux de l’armée, à Strensall, au Royaume-Uni, le 11 décembre 2014 (Sergent Yannick Bedard/Caméra de combat des Forces canadiennes)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Des membres du personnel médical des Forces armées canadiennes exécutent les  procédures de décontamination individuelle au cours de l’entraînement préalable au déploiement en vue de l’opération SIRONA avec leurs homologues britanniques, au Centre d’instruction des services médicaux de l’armée, à Strensall, au Royaume-Uni, le 11 décembre 2014 (Sergent Yannick Bedard/Caméra de combat des Forces canadiennes)
Des membres du personnel médical des Forces armées canadiennes exécutent les procédures de décontamination individuelle au cours de l’entraînement préalable au déploiement en vue de l’opération SIRONA avec leurs homologues britanniques, au Centre d’instruction des services médicaux de l’armée, à Strensall, au Royaume-Uni, le 11 décembre 2014 (Sergent Yannick Bedard/Caméra de combat des Forces canadiennes)

Le second groupe de membres des Forces armées canadiennes (FAC) participant à l’opération Sirona a quitté le Royaume-Uni hier, 19 avril à destination de Kerry Town, en Sierra Leone.

Le deuxième contingent des Forces armées canadiennes de l’opération SIRONA avait quitté la base Trenton le 29 janvier pour commencer la formation au Royaume-Uni avant son déploiement en Afrique de l’Ouest pour lutter contre la propagation du virus Ebola alors que l’incidence de la maladie a enfin commencé à baisser.

Mais, depuis, le nombre de cas d’Ebola, répertoriés en Sierra Leone, déclaré en baisse à la dernière séance d’information sur l’opération SIRONA, s’est remis à augmenter en Sierra Leone au cours de la dernière semaine de janvier, soit la première hausse depuis le début de l’année, selon les chiffres de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

La communauté internationale s’est mobilisée pour la lutte contre l’épidémie, la baisse du nombre de nouveaux cas ces dernières semaines avait fait apparaître un certain optimisme.

Les efforts portent notamment sur l’instauration de procédures sûres pour les obsèques et l’inhumation des corps de malades décédés, cause d’une bonne partie des contaminations.

Mais les derniers chiffres disponibles montraient à quel point ces consignes peinent à être appliquées par la population locale, avec des conséquences dramatiques.

L’OMS s’inquiétait particulièrement d’une « propagation intense » dans l’ouest de la Sierra Leone, le pays qui compte le plus de cas avec 10.740 personnes contaminées, et 3.276 décès.

Les Canadiens travaillent en Sierra Leone aux côtés de leurs homologues britanniques pour fournir des soins médicaux essentiels aux travailleurs de la santé locaux et internationaux ainsi qu’aux habitants locaux.

« En offrant des soins de première ligne essentiels aux patients en Afrique de l’Ouest, les professionnels des soins de santé des FAC ont un effet important et direct sur la lutte contre l’épidémie du virus Ébola », souligne le communiqué de la Défense canadienne qui annonce le départ de la deuxième rotation.

«Le Canada demeure déterminé à soutenir les efforts visant à contenir la propagation du virus Ébola en Afrique de l’Ouest. Les professionnels de la santé des Forces armées canadiennes qui se rendent dans cette région représentent le cœur même de notre grand pays. Quand des gens souffrent, où que ce soit dans le monde, les Canadiens sont là pour leur venir en aide.», a déclaré à ce propos le nouveau ministre de la Défense nationale, Jason Kenney.

Cette rotation des Forces armées canadiennes qui est parti hier remplacera le premier groupe de médecins, d’infirmiers, d’auxiliaires médicaux et de responsables du soutien des Forces armées canadiennes au centre de traitement de Kerry Town (CTKT) britannique. L’équipe de commandement, dirigée par le lieutenant-colonel Gary O’Neil, demeurera en place et supervisera une période de transfert détaillée.

La majorité des membres de la rotation initiale proviennent de la 2e Ambulance de campagne et du 1er Hôpital de campagne du Canada, basés à Petawawa, en Ontario, alors que la seconde rotation est une unité mixte composée de responsables médicaux des FAC provenant de partout au Canada.

Par ailleurs, les Affaires étrangères ont demandé de leur côté lors du dépôt hier du Budget supplémentaire des dépenses (C) 2014-2015 à la Chambre des communes l’autorisation de dépenser jusqu’à 52 millions de dollars pour continuer à lutter contre la maladie à virus Ebola, qui s’ajoutent aux sommes engagées par la Défense alors que les Forces armées canadiennes sont engagées cette lutte à finir au virus mortel en Sierra Leone.