Une rencontre Thériault-Cazeneuve pour amorcer la coopération franco-québécoise

0
146
La ministre de la Sécurité publique du Québec et le ministre de l'Intérieur francais, le 10 mars 2015, à Paris. (@Quebec_fr/Twitter)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
La ministre de la Sécurité publique du Québec et le ministre de l'Intérieur francais, le 10 mars 2015, à Paris. (@Quebec_fr/Twitter)
La ministre de la Sécurité publique du Québec et le ministre de l’Intérieur francais, le 10 mars 2015, à Paris. (@Quebec_fr/Twitter)

Poursuivant sa tournée européenne, après sa visite à Londres hier, la ministre de la sécurité publique Québécoise Lise Thériault était aujourd’hui à Paris où elle s’est entretenue avec le ministre de l’intérieur français Bernard Cazeneuve.

La rencontre portait sur le renforcement de la collaboration Franco-Québécoise en matière de lutte contre la radicalisation violente. Rappelons que Samedi dernier, Philippe Couillard et son homologue français Manuel Valls avaient annoncé établir une « nouvelle coopération » bilatérale sur ces questions sécuritaires.

Faute d’avancées ou d’annonce concrètes, le ministre de l’intérieur français a prévu de dresser en collaboration avec la direction des affaires policières du ministère de la sécurité publique « un état des lieux de ces sujets en vue d’établir un plan d’action et de coopération avec les ministères français et québécois concernés » nous fait savoir le communiqué ministériel.

La vice-première ministre du Québec, Lise Thériault a souligné « l’importance de bien partager les expériences et expertises qui permettent d’accroître la sécurité de nos populations ». Quant au ministre de l’Intérieur, il a déclaré que « face à ce terrorisme en libre accès, nous devons constamment nous adapter en faisant preuve de vigilance, d’anticipation et de mobilisation ».

L’une des questions  légitimes est de savoir dans quelle mesure de telles initiatives peuvent aboutir sans que la sécurité publique du Québec ne dépasse les prérogatives qui lui sont accordées dans la cadre de son statut d’Etat fédéré.