Budget 2015: «une hausse de la hausse» des dépenses pour la Défense nationale

0
148
Le ministre des Finances, Joe Oliver, dépose son budget 2015. (Nicolas Laffont/45eNord.ca)
Temps de lecture estimé : 4 minutes

Le ministre des Finances fédéral Joe Oliver, vient de présenter au Parlement son premier budget après avoir pris la suite de son prédécesseur, feu Jim Flaherty.

«Équilibré», le plan d’action économique de 2015 s’articule autour de quatre thèmes importants pour le gouvernement conservateur à quelques mois des élections: l’équilibre budgétaire, la stimulation de l’emploi et de la croissance, l’aide aux familles et aux collectivités et enfin la sécurité des Canadiens.

  • Accroître le financement de la Défense nationale

Le gouvernement prévoit augmenter le financement de la Défense nationale. Le Plan d’action de 2015 augmentera le facteur annuel de progression automatique du budget de la Défense nationale à 3 % à compter de 2017-2018. Elle était de 1,5 à 2% depuis 2011.

La Défense nationale recevra donc 11,8 milliards $ supplémentaires sur 10 ans. En 2017-2018, l’augmentation sera de 184 millions $, en 2018-2019 elle sera de 377 millions $, en 2019-2020 elle sera de 580 millions $… pour atteindre une hausse de 2,3 milliards en 2026-2027.

En interview avec 45eNord.ca, Dave Perry, analyste senior en défense, de l’Institut de la CAD a rappelé toutefois que, même  si la hausse de l’augmentation du facteur annuel automatique du budget de la Défense est actée, elle ne contrebalancera pas les dernières années de baisse et d’autres baisses qui pourraient survenir. Le facteur de progression pourrait augmenter, mais le budget être encore amputé.

Selon les documents du ministère des Finances, «l’une des priorités du gouvernement est de fournir l’équipement et la formation nécessaires» aux militaires.

150421-budget-graphique-financement-defense

  • Lutter contre le terrorisme

Notant que le Canada n’est pas à l’abri de la menace du terrorisme, comme cela a été le cas en octobre 2014 lors des attaques survenues à Saint-Jean-sur-Richelieu et à Ottawa, le Plan d’action économique prévoit un investissement de 293 millions $ au cours des cinq prochaines années en matière de lutte au terrorisme.

Lors de son discours devant la Chambre des communes, le ministre des Finances Joe Oliver a précisé que ces ressources supplémentaires iront à la Gendarmerie royale du Canada, au Service canadien du renseignement de sécurité et à l’Agence des services frontaliers du Canada pour lutter contre le terrorisme. La GRC indiquait tout récemment que la majorité de ses ressources était désormais tournée vers la lutte contre le terrorisme .

De plus, le Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité aura droit à un financement supplémentaire de 2 millions $ par an jusqu’en 2020 et 2,5 millions $ par an à partir de 2021, pour «continuer d’exercer une surveillance indépendante  et rigoureuse du Service canadien du renseignement de sécurité.»

  • Soutenir le déploiement des Forces armées canadiennes

En plus de ces ressources à la GRC et au SCRS, le plan d’action économique acte également la prolongation de la mission militaire en Irak et son extension en Syrie en accordant 360 millions pour 12 mois supplémentaires de lutte contre le groupe armé État islamique, comme annoncé précédemment par le ministre de la Défense nationale Jason Kenney .

Le plan d’action déposée aujourd’hui prévoit aussi 7,1 millions $ aux Forces armées canadiennes en 2015-2016 pour bonifier l’aide à la formation qui est offerte aux forces de sécurité ukrainiennes.

  • Accroître la sécurité dans les bases des Forces armées canadiennes

Vingt-trois millions $ étalés sur quatre ans, c’est ce qui sera alloué pour améliorer la sécurité des bases militaires canadiennes. Un investissement qui aspire à améliorer la protection du personnel et des actifs des forces canadiennes, à la suite des attaques d’octobre 2014 et qui a fait prendre conscience de la vulnérabilité de certaines bases.

  • Appuyer les anciens combattants

Le plan d’action économique de 2015 présente également un volet relatif aux anciens combattants: l’amélioration de la nouvelle Charte des anciens combattants en vigueur depuis 2006 et l’octroi de ressources supplémentaires aux vétérans et à leurs familles en constituent les deux grands axes.

Le nouveau budget inclut une nouvelle allocation de sécurité de revenu de retraite. Celle-ci offrira aux vétérans et à leurs familles une sécurité supplémentaire garantissant que le revenu des prestataires admissibles après l’âge de 65 ans ne soit pas réduit à moins de 70% du revenu versé avant cet âge.

A cela s’ajoute une augmentation de l’allocation pour déficience permanente. De plus, y seront désormais admissibles également les vétérans n’ayant pas besoin d’une assistance pour effectuer leurs activités quotidiennes.

Pour ce qui est des services aux anciens combattants, sans donner plus de détails, le plan économique présenté par le gouvernement canadien confirme l’octroi de ressources supplémentaires à hauteur de 193,4 millions $ sur cinq ans.

  • Cybersécurité

Pour mieux défendre et protéger les cybersystèmes et l’infrastructure virtuelle essentielle du gouvernement contre les cyberattaques, 58 millions sur cinq ans seront investis pour qu’ils soient mis à niveau.

Toujours sur cette même période, 36 millions $ supplémentaires sont prévus pour protéger cette fois les cybersystèmes utilisés par la population.

  • Sécurité de la colline du Parlement

Le gouvernement a prévu de débloquer 60.4 millions $ sur trois ans exclusivement dédiés à renforcer la sécurité de la colline parlementaire.

L’attaque du 22 octobre dernier semble donc avoir considérablement fait revoir à la hausse le budget alloué aux équipes de sécurité parlementaires. Un montant qui devrait servir à la création d’une force de sécurité intégrée.

L’objectif annoncé de ce nouveau modèle de sécurité est de protéger les visiteurs, les parlementaires et les membres du personnel, tout en maintenant l’accès de tous les Canadiens à la Colline du Parlement.

150421-budget-tableau