Un camp de réfugiés palestiniens proche de Damas tombe sous l’emprise de l’EI

0
184
Des résidents du camp de Yarmouk se rassemblent pour une des trop rares distribution alimentaires (UNRWA)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Des résidents du camp de Yarmouk se rassemblent pour une des trop rares distribution alimentaires (UNRWA)
Des résidents du camp de Yarmouk se rassemblent pour une des trop rares distribution alimentaires (UNRWA)

Les djihadistes du groupe armé Etat islamique se sont emparés de la majeure partie du camp de réfugié palestinien de Yarmouk situé seulement à quelques kilomètres au sud de Damas.

«Les combattants de l’EI ont pris d’assaut ce matin le camp de Yarmouk et se sont emparés de la plus grande partie du camp», a précisé ce responsable de l’Organisation de la Libération de la Palestine, faisant état de combats qui «se poursuivaient à l’intérieur avec des groupes armés».

Des informations qui ont ensuite été confirmées par le directeur de l’observatoire syrien des droits de l’Homme, Rami Abdurrahman  qui nous apprend que «de larges parties» du camp seraient tombées sous le contrôle du groupe terroriste.

Des témoins semblent indiquer que les terroristes armés se seraient infiltrés dans le camp de réfugié en passant par la zone rebelle voisine de Hajar al-Aswad. Après des affrontements contre des groupes palestiniens hostiles au régime syrien, les combattants du groupe Etat Islamique se sont avancés vers Damas.

Par ailleurs, des sources mentionnent que des partisans de la branche d’Al Qaeda en Syrie, le front Al Nosra, seraient venus grossir les rangs des troupes de l’organisation de l’Etat islamique avant de mener l’offensive.

Jamais les forces de l’Etat islamique ne s’étaient autant rapprochées de Damas, le siège du régime du dictateur syrien, reste à savoir quelles décisions ce dernier va t’il prendre suite à cette percée du groupe terroriste.

Alors que la menace que représente l’EI lui sert de prétexte idéale pour inciter la communauté internationale à amorcer des discussions avec son régime, Bachar Al-Assad verra sans doute d’un plus mauvais œil cette offensive du groupe terroriste aux portes de son fief.

Le camp de Yarmouk, le plus grand des camps palestiniens de Syrie, comptait près de 160 000 habitants syriens et palestiniens avant le début de la guerre en Syrie il y a quatre ans, contre seulement 18 000 personnes actuellement.

En février 2014, les groupes rebelles syriens s’étaient retirés du camp à l’issue d’un accord avec les organisations palestiniennes armées anti-régime.

Les habitants y souffrent de pénuries de nourriture, d’eau et de médicaments en raison d’un siège presque total imposé depuis plus d’un an par le régime.