Le plus haut responsable militaire chinois en visite aux États-Unis

0
84
Sun Jianguo (g) un responsable de la Marine chinoise, discute avec le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter (d) à Singapour le 30 mai 2015. (Roslan Rahman/AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Sun Jianguo (g) un responsable de la Marine chinoise, discute avec le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter (d) à Singapour le 30 mai 2015. (Roslan Rahman/AFP)
Sun Jianguo (g) un responsable de la Marine chinoise, discute avec le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter (d) à Singapour le 30 mai 2015. (Roslan Rahman/AFP)

Le plus haut responsable militaire chinois a commencé lundi une visite de six jours aux Etats-Unis, sur fond de récente montée des tensions sur les ambitions de Pékin en mer de Chine méridionale, a-t-on appris auprès du Pentagone.

Le général Fan Changlong est le vice-président de la puissante Commission militaire centrale (CMC) du Parti communiste chinois, et est considéré par les Etats-Unis comme l’un des homologues chinois du secrétaire américain à la Défense Ashton Carter.

Le général Fan sera reçu notamment dans une base navale américaine en Californie et sur le porte-avions américain Ronald Reagan. Il rencontrera également Ashton Carter jeudi au Pentagone et sera reçu par des responsables du département d’Etat.

Le ton est monté ces dernières semaines entre Washington et Pékin sur la question du contrôle de la mer de Chine méridionale, une zone maritime stratégique pour le commerce mondial et recelant potentiellement d’importantes réserves d’hydrocarbures.

Washington critique la construction par la Chine d’îles semi-artificielles dans l’archipel des Spratleys.

Les Etats-Unis ont averti qu’ils feraient respecter la liberté de navigation sur place avec des patrouilles maritimes ou aériennes, y compris dans les eaux et l’espace aérien entourant les îles semi-artificielles chinoises et revendiqués par Pékin.

La Chine « n’est pas en règle avec les normes internationales », a estimé Ashton Carter le 31 mai à Singapour.

Pékin estime de son côté que sa souveraineté sur ces zones est « indiscutable » et s’appuie sur des « arguments historiques et juridiques ».

Pour éviter les incidents navals ou aériens suite à des incompréhensions entre les militaires des deux armées, les deux pays entretiennent des contacts militaires réguliers à tous niveaux.

Le prédécesseur d’Ashton Carter, Chuck Hagel, s’était rendu à Pékin en avril 2014, un voyage qui n’avait pas été sans quelques piques et avertissements des deux côtés.