Vétérans et gouvernement enterrent la hache de guerre, au moins jusqu’aux élections

0
146
Embellie dans les relations vétérans-gouvernement. (Archives"Cplc Marc-André Gaudreault, Caméra de combat des Forces canadiennes)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Embellie dans les relations vétérans-gouvernement. (Archives"Cplc Marc-André Gaudreault, Caméra de combat des Forces canadiennes)
Embellie dans les relations vétérans-gouvernement. (Archives »Cplc Marc-André Gaudreault, Caméra de combat des Forces canadiennes)

Le groupe de vétérans d’Afghanistan qui avait en 2012 intenté en Colombie-britannique un recours collectif contre le gouvernement fédéral qui, lui, s’entêtait à vouloir faire dérailler le recours, enterre la hache de guerre, au moins jusqu’après les élections d’octobre et peut-être même pour de bon.

En 2012, le groupe de vétérans de la guerre en Afghanistan avait déposé une poursuite en recours collectif contre le gouvernement fédéral, affirmant que le régime de prestations d’invalidité en vertu de la nouvelle Charte des anciens combattants violait leurs «droits humains».

Le procureur général du Canada avait tenté de faire valoir pour sa part que le recours devait être rejeté parce qu’il n’avait aucune chance de succès, et que le gouvernement n’avait pas « l’obligation morale» de prendre soin des militaires blessés ou tués en service, ce qui avait soulevé un tollé et amené plus d’une quinzaine d’associations d’anciens combattants, la Légion royale canadienne en tête, à prendre position contre le gouvernement dans cette affaire.

En septembre 2014, un juge de la Cour suprême de la Colombie-Britannique, Gordon Weatherill avait finalement décidé que le recours collectif contre le gouvernement fédéral lancé par six anciens combattants de la guerre d’Afghanistan contre les insuffisances de la nouvelle Charte des anciens combattants adoptée par le Parlement en 2005 pouvait aller de l’avant.

Lundi, les deux parties se sont retrouvés dans un tribunal de Vancouver et ont convenu d’enterrer la hache de guerre jusqu’en mai 2016 pour voir quel sers l’impact des réformes que le gouvernement a apportées aux avantages pour les anciens combattants dans les derniers mois.

Si les changements satisfont les anciens combattants qui ont lancé la poursuite en 2012, l’affaire sera terminée, a déclaré l’avocat des anciens combattants Don Sorochan.

Depuis le changement de ministre aux Anciens combattants, Erin O’Toole remplaçant le controversé Julian Fantino, bien de l’eau a coulé sous les ponts.

le nouveau ministre des Anciens Combattants a fait en mars deux annonces visant à répondre aux questions qui préoccupent les vétérans et leurs familles depuis longtemps.

La première annonce faite le 9 mars dernier portait sur la stabilité financière des vétérans atteints d’une invalidité modérée ou grave ainsi qu’à leurs familles après l’âge de 65 ans.

Quatre jours plus tard, le ministre des anciens combattants a également annoncé qu’à compter d’avril 2015, tous les vétérans de la force de réserve admissibles à l’allocation pour perte de revenus (APR) seront assuré un revenu minimum annuel de 42 426 $, soit la somme en vigueur de l’allocation pour un caporal de premier échelon dans la Force régulière.

«Je vois ces annonces comme un vent de changement pour les vétérans et leurs familles.» a même déclaré l’ombudsman des vétérans, Guy Parent, au moment de ces annonces.

L’Ombudsman des anciens combattants a été jusqu’à manifester sa grande satisfaction quant au travail effectué par le ministre Erin O’Toole: «Étant lui-même un vétéran, il s’est mérité le respect de beaucoup de ses camarades vétérans et de leurs familles. J’ai travaillé étroitement avec lui et ça m’a permis de voir qu’il comprend les enjeux auxquels font face les vétérans et sa passion le motive à résoudre ses enjeux».

Le pacte moral entre le gouvernement canadien et les membres actifs et retraités des Forces armées canadiennes existe depuis longtemps, mais le comportement des procureurs du gouvernement qui luttait contre le recours collectif du groupe de vétérans en Colombie-Britannique avait jeté le doute et le discrédit sur le gouvernement.

Finalement, le gouvernement a reconnu en mai par un vote à la chambre des Communes de 266 voix pour et 0 contre, l' »obligation sacrée » du pays envers les membres actifs et retraités des Forces armées canadiennes.

Ce recours collectif de vétérans de la guerre d’Afghanistan était une épine dans le flanc du gouvernement conservateur qui s,est toujours présenté comme le champion des militaires, mais qui était en voie de s’aliéner les anciens combattants.

Certains groupes avaient même menacé de faire activement campagne contre les conservateurs lors de la campagne électorale de cet automne.

Devant tant de preuves de la bonne volonté du gouvernement, l’avocat des anciens combattants Don Sorochan a déclaré que ses clients sont prêts à donner au gouvernement jusqu’en mai 2016 pour voir si la situations, améliore, en tenant compte aussi compte qu’il pourrait y avoir aussi un nouveau gouvernement après les élections d’octobre.

En échange, le gouvernement conservateur a décidé de cesser de s’opposer à ce que le recours collectif aille de l’avant. Chose certaine, l’embellie dans les relations du gouvernement conservateur avec les anciens combattants devrait durer au moins jusqu.aux élections.