Le gouvernement appuie deux nouvelles recherches sur l’équithérapie pour les vétérans

0
184
Dans le cadre d'une équithérapie, le vétéran américain Richard Dykstra et Abby dans un corral aux États-Unis au nord de Bellingham, dans l'État de Washington. (Sarah Wallace Eden/Kuow)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Dans le cadre d'une équithérapie, le vétéran américain  Richard Dykstra et Abby dans un corral aux États-Unis au nord de Bellingham, dans l'État de Washington. (Sarah Wallace Eden/Kuow)
Dans le cadre d’une équithérapie, le vétéran américain Richard Dykstra et Abby dans un corral aux États-Unis au nord de Bellingham, dans l’État de Washington. (Sarah Wallace Eden/Kuow)

Le ministre des Anciens Combattants, Erin O’Toole,a annoncé ce lundi 27 juillet du financement pour deux nouvelles études de recherche sur l’efficacité de la thérapie par les chevaux pour les vétérans atteints de problèmes de santé mentale.

L’Institut canadien de recherche sur la santé des militaires et des vétérans (ICRSMV) recevra 250 000 $ pour réaliser une étude d’intervention assistée par les chevaux.

Également, Can Praxis recevra 25 000 $ pour poursuivre sa recherche équine. La nouvelle étude de recherche de Can Praxis fera suite à sa propre étude pilote sur l’équithérapie de 2013. Les deux études contribueront à fournir des données probantes sur l’utilisation de l’équithérapie pour les vétérans souffrant de problèmes de santé mentale.

«Le gouvernement du Canada s’engage à explorer de nouvelles avenues de traitement et de thérapie pour les vétérans atteints d’un ESPT et d’autres problèmes de santé mentale. Ces recherches nous aideront à établir si l’utilisation de l’équithérapie pourrait constituer un traitement efficace pour les vétérans qui ont besoin de soutien en santé mentale. Le gouvernement du Canada a étendu son réseau de services de santé mentale offerts aux vétérans et à leurs familles et continuera à les évaluer pour s’assurer que les besoins sont satisfaits.», a déclaré à ce propos le ministre O’Toole.

L’Institut canadien de recherche sur la santé des militaires et des vétérans (ICRSMV) est un organisme qui fait appel aux ressources de recherche universitaire en vue de faciliter le déroulement de nouvelles recherches, la capacité de recherche et un transfert des connaissances efficace.

Avec un réseau de chercheurs universitaires de partout au Canada, explique le communiqué d’Anciens combattants Canada qui annonce aujourd’hui les deux nouvelles études, l’Institut sert de point central à 34 universités canadiennes qui acceptent de travailler ensemble afin de répondre aux demandes en recherche sur la santé des vétérans canadiens et de leurs familles.

Quant à lui, Can Praxis est un organisme sans but lucratif qui utilise l’apprentissage assisté par les chevaux pour venir en aide aux vétérans aux prises avec des problèmes de santé mentale et à leurs conjoints.

Comme l’expliquait en 2013 sur nos pages Steve Critchley, cofondateur de Can Praxis, les chevaux réagissent au langage corporel des humains et que cette complicité novatrice met la théorie en pratique et permet de réduire le stress.

Selon, M. Crichtley, lui-même un vétéran qui a servi en Bosnie, la «réponse du cheval» augmente la conscience de soi du participant, ce qui aide les participants à acquérir une meilleure idée de la façon dont ils pensent et se comportent, les rendant ainsi capables de se détendre et de réduire leur réponse au stress. Ils augmentent ainsi la qualité de leurs vies et celles de leurs familles.

« Cette annonce témoigne de la valeur des programmes de thérapie assistée par les chevaux et contribuera grandement à obtenir une reconnaissance accrue de leur valeur intrinsèque au sein des Forces armées canadiennes, du ministère de la Défense nationale et de la communauté des vétérans, incluant Anciens Combattants Canada », a déclaré le co-fondateur de Can-Praxis.

« Les études menées sur l’efficacité des interventions assistées par les animaux fourniront des éléments de preuve supplémentaires au sujet des traitements qui peuvent aider les vétérans aux prises avec un état de stress post-traumatique et d’autres troubles de santé mentale. Au bout du compte, ces études fourniront de l’information sur l’efficacité de ce traitement pour la gestion des symptômes, et afin d’établir si l’hippothérapie peut s’inscrire dans le cadre d’un traitement approprié en santé mentale pour les vétérans », a déclaré pour sa part la Dre Alice Aiken, directrice, Institut canadien de recherche sur la santé des militaires et des vétérans.

En mai 2013, ACC avait déjà annoncé l’établissement d’un partenariat avec Ambulance Saint-Jean Canada et Can Praxis pour mener une recherche sur les bienfaits de l’utilisation de chiens et de chevaux à des fins thérapeutiques par les vétérans atteints d’un trouble de santé mentale.

En septembre 2013, ACC avait aussi annoncé l’établissement d’un partenariat avec l’Institut canadien de recherche sur la santé des militaires et des vétérans (ICRSMV) pour évaluer les recherches faites sur l’utilisation des chiens de soutien psychiatrique par les personnes atteintes d’un état de stress post-traumatique (ESPT).