Des soldats du 1er bataillon du Royal 22 s’entraînent dans la MRC de La Jacques-Cartier

0
128
Le 1er Bataillon, Royal 22e Régiment a mené l'exercice PRÉ-VERTS du 31 août au 4 septembre 2015 et du 8 au 11 septembre 2015 dans les secteurs de Valcartier. (MDN)
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Jusqu’au 11 septembre, les résidents de la MRC de La Jacques-Cartier et les gens de passage dans la région ont pu apercevoir des soldats en armes prenant part à un important entraînement de patrouille, l’exercice PRÉ-VERTS

Le 1er Bataillon, Royal 22e Régiment a mené l’exercice PRÉ-VERTS du 31 août au 4 septembre 2015 et du 8 au 11 septembre 2015 dans les secteurs de Valcartier.

L’exercice PRÉ-VERTS s’inscrit dans notre processus de maintien des compétences.

« Le maintien des compétences d’un fantassin est une tâche extrêmement importante au sein d’une unité d’infanterie de manière à répondre en tout temps selon la mission qui pourrait lui être confiée. Afin de maintenir un haut niveau d’entraînement, les membres du 1er Bataillon Royal 22e Régiment (1er R22eR) sont continuellement mis à l’épreuve lors d’exercices planifiés avec l’unité et d’autres membres des Forces armées canadiennes tout au long de l’année », a expliqué à 45eNord.ca le capitaine Yohann Muylaert, Officier au 1er Bataillon, Royal 22e Régiment.

L’objectif de cet entraînement était donc essentiellement de permettre aux troupes du 1 R22eR de pratiquer les techniques de base de la patrouille militaire. L’utilisation d’un lieu d’apprentissage non familier vient justement bonifier cet entraînement.

À partir d’un emplacement situé en bordure de la rivière aux Pins, à Fossambault-sur-le-Lac, une trentaine de fantassins remontaient quotidiennement le cours d’eau à bord d’embarcations pneumatiques jusqu’au lac Saint-Joseph. De ce point, les militaires du 1er Bataillon, Royal 22e Régiment (1 R22eR) mettaient pied à terre pour emprunter un sentier qui les mènera à la Station touristique Duchesnay. Les troupes ont regagné ensuite les secteurs d’entraînement de la Base Valcartier, toujours à pied, où elles ont conclu leur apprentissage.

Lors de cet exercice, les soldats portaient leur uniforme camouflage et leur arme durant tous leurs déplacements afin de conférer un certain réalisme aux manœuvres, mais les soldats, bien sûr, n’utilisaient pas leurs armes hors du territoire de la base, note en terminant le capitaine Yohann Muylaert