Cameroun: Boko Haram prend la ville de Kerawa, dans l’Extrême-Nord

Après ces nouveaux attentats, l'armée nigériane a mis en garde Boko Haram et a invité ses combattants à se rendre, assurant que l'étau se resserrait autour des islamistes. (capture d'écran/45eNord.ca)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Après ces nouveaux attentats, l'armée nigériane a mis en garde Boko Haram et a invité ses combattants à se rendre, assurant que l'étau se resserrait autour des islamistes. (capture d'écran/45eNord.ca)
Cameroun: Boko Haram prend la ville de Kerawa, dans l’Extrême-Nord(capture d’écran/45eNord.ca)

Des islamistes armés nigérians de Boko Haram ont pris le contrôle vendredi matin de la ville camerounaise de Kerawa, dans l’Extrême-Nord, située sur la frontière avec le Nigeria, a-t-on appris de sources sécuritaire et proche des autorités régionales.

« Ils contrôlent Kerawa », a affirmé à l’AFP sous couvert d’anonymat à l’AFP une source sécuritaire.

« Boko Haram contrôle Kerawa depuis ce (vendredi) matin », a indiqué de son côté une source proche des autorités de la région de l’Extrême-Nord, faisant état état de « civils tués », sans autre précision dans l’immédiat.

Selon cette source, « des renforts militaires de l’armée » camerounaise sont arrivés sur place, mais il n’était pas possible de savoir dans l’immédiat si des combats étaient engagés dans la ville. « Ils nous font dur », a commenté cette source pour définir la détermination des islamistes.

Selon la source sécuritaire, « hier (jeudi), ils ont tué plusieurs personnes dans les mosquées », évoquant un bilan non-confirmé de onze tués.

Kerawa, adossée à une ville nigériane qui porte le même nom, compte environ 50.000 habitants, dans l’arrondissement de Kolofata, cible régulière d’attaques de Boko Haram et d’attentats-suicide.

Face aux offensives des armées de la région, les insurgés de Boko Haram, qui ont rallié l’organisation de l’Etat islamique (EI) ont perdu depuis début 2015 la plupart des territoires qu’ils contrôlaient, principalement dans le nord-est du Nigeria.

Mais ils restent solidement retranchés dans des zones difficiles d’accès – forêt de Sambisa, monts Mandara, îles du lac Tchad – et multiplient les attentats-suicide, au Nigeria, mais aussi au Niger, au Cameroun et au Tchad.

Au moins 28 personnes ont été tuées vendredi dans un attentat suicide commis contre une mosquée à Maiduguri, berceau du groupe dans le nord-est du Nigeria.

Depuis 2009, l’insurrection a fait au moins 17.000 morts et 2,5 millions de déplacés. La semaine dernière le président Barack Obama a annoncé le déploiement d’un détachement de 300 soldats américains au Cameroun pour participer à la guerre contre les islamistes.