Décès du matelot de 1re classe Benoit Bilodeau

0
110
Le matelot de 1ère classe Benoît Bilodeau.
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Le matelot de 1ère classe Benoît Bilodeau.
Le matelot de 1ère classe Benoît Bilodeau.

Après plusieurs semaines de recherches, le corps du matelot de première classe Benoit Bilodeau, disparu le 25 novembre a été retrouvé lundi 14 décembre.

«C’est avec grande tristesse que je vous informe que le corps du matelot de 1re classe Benoit Bilodeau a été retrouvé hier à Eastern Passage», a dit par voie de communiqué le contre-amiral John Newton, commandant des Forces maritimes de l’Atlantique.

Vers 13h22 lundi, le District d’Halifax de la Gendarmerie royale canadienne a reçu un appel d’un citoyen qui a découvert le corps d’un homme sur le sentier Shearwater Flyer, un sentier boisé près de l’avenue Howard, à Shearwater, à quelques centaines de mètres de la BFC Shearwater.

Il a été déterminé qu’il s’agit du matelot de 1re classe Benoit Bilodeau, 48 ans, porté disparu le 25 novembre 2015. Bilodeau a été vu pour la dernière fois le 21 novembre 2015, marchant près d’un arrêt d’autobus devant la 12e Escadre Shearwater.

Le matelot a été porté disparu quand il a omis de se présenter au travail le lundi matin, ce qui était «inhabituel» selon un de ses collègues puisqu’il n’avait jamais été en retard de toute sa carrière.

La Section des enquêtes spéciales (Division intégrée des enquêtes criminelles) et le Service national des enquêtes des Forces canadiennes mènent une enquête en collaboration avec le bureau du médecin légiste de la Nouvelle-Écosse.

La police ne croit pas que son décès soit lié à un acte criminel.

«Au nom de tous les membres de la Marine royale canadienne, je transmets mes plus sincères condoléances à sa famille, ses collègues et amis. Le matelot de 1re classe Bilodeau a servi la Marine royale canadienne pendant 29 ans, passant une bonne partie de ces années en mer»,a encore dit le contre-amiral Newton, soulignant également que «de tels incidents tragiques nous incitent à réfléchir aux liens d’affection qui nous unissent. Prenons un moment pour nous remémorer avec plaisir les moments passés en compagnie du matelot de 1re classe Bilodeau et pour nous souvenir de son professionnalisme, du soutien qu’il apportait à ses commandants et à ses camarades de bord et de son apport à la profession».