La France confirme l’achat de quatre C-130J américains pour palier le retard des A-400M européens

0
179
Le CC-130J Hercules mis à la disposition des SkyHawks, à l'aéroport de Saint-Hubert (Photo: Nicolas Laffont/45eNord)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Le CC-130J Hercules mis à la disposition des SkyHawks, à l'aéroport de Saint-Hubert (Photo: Nicolas Laffont/45eNord)
Un CC-130J Hercules à l’aéroport de Saint-Hubert en septembre 2012. (Photo: Nicolas Laffont/45eNord)

La France a validé la commande de quatre avions militaires C130-j au groupe américain Lockheed Martin, une acquisition destinée à pallier les problèmes techniques et les lacunes de l’A400M d’Airbus, a annoncé cette semaine le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian, rapporte l’agence britannique Reuters.

« L’acquisition attendue (d’avions C130) a été confirmée par mes soins il y a quelques jours », a indiqué le ministre. Les premières livraisons de l’avion américain pourraient intervenir en 2017.

Le ministre a ainsi confirmé qu’il avait validé la commande de quatre avions de transport tactiques américains Lockheed Martin pour pallier certains retards du programme de l’Airbus A400M. Au printemps, le ministère de la Défense avait déjà indiqué que l’acquisition[ des avions américains] visait à « répondre aux problèmes d’aviation de transport tactique liés à la surutilisation du Transall et aux aléas qui pèsent sur la livraison des A400M ».

Les États-Unis avaient pour leur part donné leur feu vert en novembre à cette acquisition qui représente un contrat de 650 millions $ US (900 millions $ CAD), selon l’agence américaine de coopération militaire (DSCA) mais Paris n’avait alors pas encore confirmé définitivement l’acquisition.

L’avion de transport militaire polyvalent Airbus A400M, conçu par la société européenne Airbus Space and Defense, est destiné à compléter ou remplacer les flottes actuelles, vieillissantes, composées de C-130 Hercules américains ou de C-160 Transall franco-allemands, en bénéficiant de nouvelles technologies.


L’A400M « dispose d’une première capacité de largage de parachutistes en chute libre par la rampe arrière et par les portes latérales de l’appareil. C’est par ailleurs le premier appareil français équipé du système de visualisation améliorée infrarouge EVS (Enhanced Visualisation System) », explique la Direction générale de l’armement (DGA), la direction du ministère français de la Défense qui a pour mission de préparer l’avenir des systèmes de défense, équiper les forces armées et promouvoir les exportations de l’industrie de défense.

Mais, alors que l’armée française est engagée sur de très nombreux théâtres d’opérations, comme au Sahel où l’opération Barkhane se déploie sur pas moins de 5 pays, le transport et la logistique ont une importance cruciale.

Les avions de transport tactiques comme le Transall, qui évoluent à l’intérieur d’un théâtre d’opérations) sont très sollicités et la flotte d’appareils est insuffisante. le besoin est immédiat et le retard dans la livraison des A-400M place l’armée française dans une situation inconfortable.

Même si la direction générale de l’armement (DGA), qui a pris livraison d’un huitième appareil le 22 décembre, aurait souhaité s’en tenir à l’acquisition des A400M, il fallait tout de suite palier au retard dans la livraison de l’avion d’Airbus Defense and Space.

D’autant plus que la DGA avait admis avoir des doutes en début d’année sur le développement de deux des nouvelles fonctionnalités de l’avion de transport militaire A400M: le largage de matériel par les portes latérales et le ravitaillement en vol des hélicoptères.

En outre, l’accident d’un A400M qui a coûté la vie à quatre personnes en Espagne en mai dernier a porté un autre coup à l’avion de transport tactique européen, plusieurs clients dont l’Allemagne et la Grande-Bretagne ayant décidé de suspendre leurs vols le temps de l’enquête.