Le Canada appuie les Forces armées libanaises pour prévenir l’expansion de l’EI au Liban

0
326
Le ministre Dion visite la frontière Liban/Syrie au cours de son voyage au Liban du 2 au 6 décembre. Le Canada fournit de l’aide essentielle et non létales aux Forces armées libanaises afin qu’elles puissent maintenir la sécurité à leurs frontières.(Affaires mondiales Canada)
Temps de lecture estimé : 5 minutes
Le ministre Dion visite la frontière Liban/Syrie au cours de son voyage au Liban du 2 au 6 décembre. Le Canada fournit de l’aide essentielle et non létales aux Forces armées libanaises afin qu’elles puissent maintenir la sécurité à leurs frontières.(Affaires mondiales Canada)
Le ministre Dion visite la frontière Liban/Syrie au cours de son voyage au Liban du 2 au 6 décembre. Le Canada fournit de l’aide essentielle et non létales aux Forces armées libanaises afin qu’elles puissent maintenir la sécurité à leurs frontières.(Affaires mondiales Canada)

Le ministre canadien des Affaires étrangères, Stéphane Dion, au Liban du 2 au 6 décembre pour renforcer les relations bilatérales importantes entre le Canada et ce pays et pour souligner le soutien du Canada pour la paix, la sécurité et la stabilité au Liban et au Moyen-Orient, a annoncé l’appui renforcé du Canada aux Forces armées libanaises.

Le ministre Dion a rencontré Michel Aoun, ex-chef des Forces armées libanaises (1984-1989), puis chef du gouvernement intérimaire du 22 septembre 1988 au 13 octobre 1990, devenu président de la République libanaise depuis le 31 octobre 2016.

Le chef de la diplomatie canadienne a félicité lors de son voyage au Liban le premier-ministre-désigné Saad Al-Hariri pour sa nomination en tant que premier ministre du Liban. Lors de leur rencontre, dit le ministère canadien des Affaires étrangères, le ministre Dion a exprimé la solidarité du Canada envers le Liban dans le contexte de la guerre en Syrie. Il a également réaffirmé l’appui du Canada pour répondre aux besoins humanitaires, de développement et de sécurité du Liban.

Il a également rencontré Nabih Berri, président de la Chambre des députés du Liban et l’a félicité pour le rôle important qu’il a joué afin de mettre fin à l’impasse politique au Liban qui avait duré deux ans et demi alors que les parlementaires repoussaient l’élection du 13e président de la République libanaise jusqu’à ce que, lundi 31 octobre, les 128 députés se mettent en fin d’accord pour conduire Michel Aoun à la tête du pays.

Et il a discuté bien sûr avec son homologue Gebran Bassil, ministre des affaires étrangères et des émigrés du Liban des relations du Canada et du Liban et de l’engagement du Canada en matière de sécurité, d’aide humanitaire et de développement au Liban.

Le ministre Dion a annoncé lors de son voyage une aide canadienne renforcée destinée à accroître la sécurité et la stabilité au Liban, ainsi que des mesures favorisant le renforcement socio-économique des femmes et des filles et limitant la propagation de la violence, de la criminalité et de l’extrémisme chez les jeunes au Liban.

Le ministre canadien a aussi profité de ce voyage pour visiter la frontière Liban/Syrie. Le Canada fournit de l’aide essentielle et non létales aux Forces armées libanaises afin qu’elles puissent maintenir la sécurité à leurs frontières.

Appui aux Forces Armées libanaises

Le Canada appuiera les Forces armées libanaises pour prévenir l’expansion du groupe armée État islamique au Liban, a annoncé Stéphane Dion.

Une aide d’1 million de $ sera fournie de 2016 à 2017 par l’entremise du Programme d’aide au renforcement des capacités anti-terroristes afin de soutenir les efforts multinationaux menés par le Royaume-Uni pour créer le Régiment des frontières terrestres des Forces armées libanaises (FAL). Ce projet en cours a reçu une aide de 750 000 $ en 2015. Le projet vise à mettre la totalité de la frontière libano-syrienne sous le contrôle de l’État libanais. Ces fonds supplémentaires aideront les Forces armées libanaises à renforcer la sécurité le long des frontières du Liban pour empêcher l’expansion de Daesh dans le pays.

Le Canada contribuera aussi, a annoncé le ministre, 4,4 millions de $ pendant la même période pour la fourniture de matériel de montagne et de vêtements d’hiver pour aider à protéger la frontière avec la Syrie.

Ce projet mené par les Forces armées canadiennes vise à accroître la capacité des Forces armées libanaises de lutter plus efficacement contre Daesh le long de la frontière avec la Syrie, par la fourniture de matériel d’escalade et de vêtements d’hiver. En conformité avec l’objectif de renforcement des capacités, explique le ministère canadien des Affaires étrangères, cette aide renforcera les capacités matérielles des forces libanaises ainsi que leur capacité à surveiller efficacement la frontière montagneuse.

L’aide canadienne sera fournie par l’entremise du Programme d’aide au renforcement des capacités anti-terroristes.

Les experts techniques des Forces armées canadiennes qui œuvrent dans le renforcement des capacités des partenaires au sein de l’Opération Impact apportent déjà pour leur part leur expertise aux Forces Armées libanaises.

L’aide non militaire

Le chef de la diplomatie canadienne a aussi rencontré divers intervenants libanais afin de discuter du soutien du Canada envers le Liban en matière d’aide humanitaire, de développement, de sécurité, d’aide à la stabilité au Liban, ainsi que pour écouter leurs différentes perspectives sur ces enjeux. Comme toujours, tous les sujets sont sur la table: des droits humains à l’aide à la stabilité, en passant par les politiques, l’éducation et l’aide humanitaire.

D’autres initiatives canadiennes viseront d’ailleurs à favoriser la participation des Libanaises et des Syriennes à la stabilité sociale, à contrer l’extrémisme violent chez les jeunes libanais et à lutter contre l’extrémisme violent dans les prisons.

Le projet « La jeunesse contre l’extrémisme au Liban: Contre l’extrémisme violent », doté d’un budget de 950 000 $ et mené par le Réseau de Stabilisation, visera à donner aux jeunes Libanais les compétences et les connaissances nécessaires afin de contribuer activement à freiner la propagation de l’extrémisme chez les jeunes au sein de leurs collectivités.

L’aide canadienne sera là aussi dans ce cas également fournie par l’entremise du Programme d’aide au renforcement des capacités anti-terroristes.

Quant au projet « Gestion des prisons au Liban: Lutte contre l’extrémisme violent », d’ 1 million $ lui aussi, il vise à renforcer la capacité de l’Administration pénitentiaire libanaise et de son personnel d’adapter leur approche en matière de gestion, de réadaptation et de réinsertion aux prisonniers à haut risque reconnus coupables d’infractions de terrorisme. L’appui sera ainsi fourni à l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, par l’entremise là aussi du Programme d’aide au renforcement des capacités anti-terroristes.

Le ministre Dion a également rencontré lors de ce voyage des représentants du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés et il a discuté de la contribution pluriannuelle du Canada de 66 millions $ pour aider à répondre aux besoins de base des réfugiés du Liban.

Le ministre canadien a eu aussi l’occasion de rencontrer des réfugiés syriens et palestiniens dans le cadre de deux visites de camps de réfugiés informels. Plus de la moitié des 35,000 réfugiés syriens réinstallés au Canada depuis février 2016 proviennent du Liban et, au cours de ce voyage, le ministre Dion a discuté du conflit actuel en Syrie et du rôle important qu’assume le Canada pour inciter la communauté internationale à en faire plus pour les victimes syriennes.

Stéphane Dion s’envole maintenant pour Bruxelles

Après le Moyen-Orient, le chef de la diplomatie canadienne s,envole maintenant pour Bruxelles.

Le ministre des Affaires étrangères a annoncé qu’il participera les 6 et 7 décembre 2016 à la réunion des ministres des Affaires étrangères de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN), à Bruxelles, en Belgique.

Le but de cette réunion, exploque le ministère canadien des Affaires étrangères dans le communiqué qui annonce la participation du ministre Dion, est de faire progresser la mise en œuvre des engagements pris au Sommet de Varsovie, y compris celui de collaborer plus étroitement avec nos partenaires afin de répondre aux préoccupations changeantes dans le monde en matière de sécurité.

À l’occasion de cette réunion des ministres des Affaires étrangères de l’OTAN, Stéphane Dion participera à cinq séances plénières sur les sujets suivants : la coopération OTAN-Union européenne, la prévention des conflits en périphérie des régions de l’OTAN, les enjeux en matière de sécurité transatlantique, la situation en Ukraine et la mission Resolute Support de l’OTAN en Afghanistan.

Le ministre Dion rencontrera également plusieurs de ses homologues pour discuter du rôle du Canada dans la présence avancée renforcée de l’OTAN en Lettonie, pour soutenir la position du Canada sur la stabilité et la sécurité mondiales et pour mettre en œuvre les priorités bilatérales.