L’arrivée des soldats américains saluée en Pologne

0
155
Un soldat américain du 3e Bataillon, 29e Régiment d'artillerie de campagne, 3e Groupe de combat de brigade blindée, 4e Division d'infanterie, conduit un obusier autopropulsé M109 Paladin hors d'une voiture plate à Drawsko Pomorskie, en Pologne, le 9 janvier 2017. L'obusier était un des 53 véhicules qui sont arrivés dans le nord-est de la Pologne à partir du port de Bremerhaven, en Allemagne, dans le cadre de l'opération Atlantic Resolve. La rotation des unités à travers le théâtre européen améliore la capacité du Commandement européen des États-Unis (EUCOM) à dissuader l'agression et à rassurer les alliés des États-Unis. (Sgt. Corinna Baltos/U.S. Army)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Un soldat américain du 3e Bataillon, 29e Régiment d’artillerie de campagne, 3e Groupe de combat de brigade blindée, 4e Division d’infanterie, conduit un obusier autopropulsé M109 Paladin hors d’une voiture plate à Drawsko Pomorskie, en Pologne, le 9 janvier 2017. L’obusier était un des 53 véhicules qui sont arrivés dans le nord-est de la Pologne à partir du port de Bremerhaven, en Allemagne, dans le cadre de l’opération Atlantic Resolve. La rotation des unités à travers le théâtre européen améliore la capacité du Commandement européen des États-Unis (EUCOM) à dissuader l’agression et à rassurer les alliés des États-Unis. (Sgt. Corinna Baltos/U.S. Army)

L’arrivée des soldats américains, venus dans le cadre d’un déploiement sans précédent en Europe de l’Est, a été saluée samedi en Pologne.

Leur brigade blindée doit rassurer la région face à la Russie. Dès jeudi dernier, cette dernière avait dénoncé cette opération, déclarant y voir une « menace » pour sa sécurité.

Saluant l’arrivée de soldats « de la meilleure et la plus forte armée du monde », lors d’une cérémonie de bienvenue officielle à Zagan (ouest), où ils auront leur QG, la Première ministre Beata Szydlo l’a qualifiée de « nouveau pas » dans la stratégie de son gouvernement « pour garantir la sécurité à la Pologne et à la région ».

Venue de Fort Carson dans le Colorado, la « Brigade de fer » [Iron Horse brigade], comptant quelque 3.500 soldats et équipée notamment de chars lourds Abrams, sera déployée aussi par rotations dans six autres pays membres de l’Otan, les trois pays baltes, la Roumanie, La Bulgarie et la Hongrie.

Sa mission s’inscrit dans l’opération « Atlantic Resolve » décidée par l’administration Obama après l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014.

Ni Mme Szydlo, ni l’ambassadeur américain Paul James, ni les généraux polonais et américains qui ont pris également la parole à Zagan n’ont cité nommément la Russie comme source d’une menace potentielle.

Mais le ministre polonais de la Défense Antoni Macierewicz l’a fait, citant la guerre entre la Russie et la Géorgie en 2007, la catastrophe aérienne de Smolensk où le président polonais Lech Kaczynski avait trouvé la mort en 2010, le conflit ukrainien et « des agressions cybernétiques et politiques » contre les pays baltes.

Pour l’ambassadeur des États-Unis, la présence de troupes américains en Pologne « illustre l’engagement inébranlable de l’Amérique à respecter nos engagements découlant du traité de l’Otan pour défendre nos alliés ». Il a présenté les soldats comme « la force de combat la plus apte d’Amérique, bien préparée, hautement entraînée, une brigade blindée US avec l’équipement et l’armement les plus modernes ».

Ce déploiement, décidé par l’administration sortante américaine, survient quelques jours avant l’entrée en fonction du président Donald Trump, qui avait laissé entendre qu’il souhaiterait réduire les tensions avec la Russie.