Les États-Unis vendent pour plus d’un demi milliard $ de dirigeables de surveillance à l’Arabie saoudite

0
155
Le système de détection des menaces persistantes (Persistent Threat Detection System [PTDS]) de Lockheed Martin est un système à aérostat ancré, capable de rester en altitude pendant des semaines à la fois et de fournir une surveillance 24 heures sur 24 de vastes zones. L'armée des États-Unis a d'abord commencé à utiliser le PTDS en Afghanistan et en Irak en 2004.(Lockheed Martin)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Le système de détection des menaces persistantes (Persistent Threat Detection System [PTDS]) de Lockheed Martin est un système à aérostat ancré, capable de rester en altitude pendant des semaines à la fois et de fournir une surveillance 24 heures sur 24 de vastes zones. L’armée des États-Unis a d’abord commencé à utiliser le PTDS en Afghanistan et en Irak en 2004.(Lockheed Martin)

Les États-Unis vont vendre à l’Arabie saoudite et au Koweït pour près d’un milliard de dollars d’équipements de défense, dont dix aérostats de surveillance pour Riyad, dans le cadre de la consolidation des alliances de l’Amérique dans le Golfe, a annoncé lundi le Pentagone.

Le département de la Défense a indiqué dans un communiqué que le département d’État demanderait au Congrès, selon la procédure administrative habituelle en matière de ventes d’armes, son feu vert pour que l’Arabie saoudite reçoive dix dirigeables de surveillance (74K Persistent Threat Detection System Aerostats) fabriqués par Lockheed Martin, ainsi que des équipements et la formation pour maîtriser ces aéronefs.

Le contrat est estimé à 525 millions de dollars pour ces aérostats qui permettent de la surveillance et de la reconnaissance en vol.

«Cette vente consolidera les objectifs de politique étrangère et de sécurité nationale des États-Unis, en permettant de renforcer la sécurité d’un allié important qui reste une force pour la stabilité politique et le progrès économique au Moyen-Orient», a vanté Washington à propos de Riyad.

L’hélicoptère Apache est un hélicoptère d’attaque tous temps développé pendant la guerre froide afin de stopper les colonnes de chars d’assaut du pacte de Varsovie en cas de conflit en Europe. Tous les appareils sont produits dans l’usine Boeing de Mesa dans l’Arizona. (Sgt. Daniel Johnson/U.S. Army)
Les deux alliés historiques traversent depuis 2013-2014 une zone de turbulences en raison de tensions sur la guerre en Syrie et sur l’accord nucléaire avec l’Iran, grand rival de l’Arabie saoudite, mais l’administration du président Barack Obama, qui vient de partir, a toujours maintenu le parapluie militaire américain dans le Golfe.

De même pour le Koweït, «allié majeur en dehors de l’OTAN». La Défense et le département d’État espèrent que le Congrès approuvera un contrat de 400 millions de dollars pour l’entretien et la modernisation d’hélicoptères d’attaque Apache déjà vendus aux forces armées koweïtiennes.

Le Koweït «joue un rôle important dans les efforts des États-Unis en vue d’assurer la stabilité aux Moyen-Orient en fournissant une base, un accès et le transit des forces américaines dans la région», s’est félicité Washington.


Un aérostat américain à la FOB (base opérationnelle avancée) Salerno, en Afghanistan en 2009. (3rd BCT/101st Airborne Division/ alias TF Rakkasan)