Syrie: un bombardement américain tue plus de 100 combattants d’Al-Qaïda

0
123
Syrie: un bombardement américain tue plus de 100 combattants d'Al-Qaïda le 19 janvier 2017 dans la province d'Idleb. (Twitter)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Syrie: un bombardement américain tue plus de 100 combattants d’Al-Qaïda le 19 janvier 2017 dans la province d’Idleb. (Twitter)

Un bombardement américain a tué jeudi plus de 100 combattants d’Al-Qaïda en Syrie dans un « camp d’entraînement » de la province d’Idleb, a annoncé vendredi le Pentagone.

« Les frappes américaines ont tué plus de 150 » djihadistes d’Al-Qaïda depuis le 1er janvier, a précisé le Pentagone, ajoutant que cette « rapide succession » de frappes avait pour but notamment de semer « la confusion » dans le groupe extrémiste.

Des sources syriennes avaient déjà annoncé la mort jeudi dans ce bombardement de plus de 40 membres du groupe jihadiste Fateh-al-Cham, l’ancienne branche syrienne d’Al-Qaïda qui a officiellement rompu avec sa maison mère.

Mais un responsable du Pentagone a affirmé à l’AFP que les combattants tués appartenaient bien « au noyau dur d’Al-Qaïda ».

Les frappes américaines en Syrie se sont longtemps concentrées sur le groupe État islamique.

Mais depuis quelques mois, les frappes visant Al-Qaïda – ou Fateh-al-Cham, selon des sources syriennes – se sont multipliées.

Le bombardement de jeudi a visé le « camp d’entraînement Cheikh Souleimane qui était opérationnel depuis au moins 2013 », a indiqué le capitaine de vaisseau Jeff Davis, porte-parole du Pentagone.

« L’élimination de ce camp d’entraînement affaiblit les opérations d’entrainement et décourage les islamistes extrémistes et les groupes rebelles syriens de rejoindre Al-Qaïda sur le champ de bataille », a-t-il ajouté.

La province d’Idleb est en grande majorité aux mains de Fateh al-Cham, allié à plusieurs puissants groupes rebelles syriens.

Fateh al-Cham est exclue de la trêve entre insurgés et régime, actuellement en vigueur en Syrie, et parrainée par la Russie et la Turquie.

Le Pentagone a annoncé récemment avoir tué plusieurs responsables d’Al-Qaïda en Syrie, dont Mohammed Habib Boussadoun al-Tunisi, tué le 17 janvier dans la province d’Idleb, et présenté comme « un responsable des opérations extérieures d’Al-Qaïda ».

L’annonce du Pentagone est intervenue en plein transition du pouvoir entre l’ancienne administration Obama et la nouvelle administration Trump.

Le nouveau secrétaire à la Défense James Mattis a été confirmé vendredi après-midi par le Sénat américain.

Dans un document d’orientation publié mercredi par la Maison Blanche, le président Donald Trump promet de mener des « opérations agressives » avec ses alliés de la coalition contre le groupe État islamique et les autres « groupes terroristes islamiques radicaux ».