Le porte-avion américain nucléaire USS Vinson en route vers la péninsule coréenne

0
394
Le USS Carl Vinson, en patrouille dans le Pacifique (U.S. Navy /Lt. Chuck Bell)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Le USS Carl Vinson, en patrouille dans le Pacifique (U.S. Navy /Lt. Chuck Bell)

Un groupe aéronaval avec à sa tête le porte-avions américain de classe Nimitz USS Carl Vinson a quitté les eaux de Singapour pour rejoindre la région située entre les deux Corées, rapportent les médias américains.

L’amiral Harry Harris, commandant du U.S. Pacific Command, (PACOM), le commandement américain pour la région du Pacifique a confirmé que le groupe aéronaval du USS Carl Vinson se dirige bien vers la péninsule coréenne après avoir quitté Singapour samedi.

Le groupe comprend aussi un groupe aérien embarqué, et trois lanceurs de missiles guidés, soit deux « destroyers » [contre-torpilleurs] et un croiseur.

Le déploiement du USS Vinson est une réponse maux récentes provocations nord-coréennes, a déclaré le responsable.

Photo diffusée le 26 mars 2015 par la US Navy d’un EA-18G Growler en train de décoller le 19 mars 2015 de la plateforme du porte-avions USS Carl Vinson, dans le golfe Persique (Scott Fenaroli/AFP)
«Le commandement américain dans le Pacifique a ordonné au groupe aéronaval autour du porte-avions USS Carl Vinson d’être à disposition et présent dans l’ouest du Pacifique, et ce par mesure de précaution», a également confirmé son porte-parole, le commandant Dave Benham, ajoutant que «la menace numéro un dans la région reste la Corée du Nord, en raison de son programme de missiles irresponsable, déstabilisateur et imprudent, et de la poursuite (de ses recherches) en vue de disposer d’armes nucléaires».

Il n’est toutefois pas rare que les porte-avions des États-Unis croisent dans ce secteur et le Vinson était d’ailleurs en Corée du Sud le mois dernier pour des exercices militaires.

Plus tôt cette semaine, la Corée du Nord a lancé un missile Scud à longue portée portée qui, selon les responsables militaires américains explosé en vol. Le régime de Pyongyang a récemment mené plusieurs essais visant à améliorer améliorer sa technologie des missiles balistiques.

La Corée du Nord a réalisé cinq tests nucléaires, dont deux en 2016, et les images satellites décortiquées par les experts suggèrent que le régime de Pyongyang pourrait être en train de préparer un sixième essai.

Selon les services de renseignement américains, la Corée du Nord pourrait être à même de disposer d’un missile à tête nucléaire capable de frapper le sol américain d’ici moins de deux ans.

Jeudi et vendredi, le président américain Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping ont longuement discuté en Floride, à Mar-a-Lago, dans la résidence privée du nouvel hôte de la Maison-Blanche, et Trump aurait demandé à son visiteur de faire pression sur Kim Jong-Un pour que celui-ci cesse son programme d’armement nucléaire.

Mais le président américain a d’ores et déjà menacé le régime de Pyongyang d’une action unilatérale, et cette menace paraît encore plus crédible depuis la frappe ordonnée jeudi soir sur une base aérienne syrienne d’où auraient décollé les avions syriens supposés responsables de l’attaque chimique présumée contre le village de Khan Cheikhoun mardi.

Devant la menace nord-coréenne, le groupe aéronaval du Vinson croisera donc maintenant dans le Pacifique occidental plutôt que de faire des visites portuaires prévues auparavant en Australie, a déclaré le commandement du PACOM. Le groupe restera sous le contrôle opérationnel de la Troisième Flotte américaine.

*Avec AFP