Défilés LGBTQ: les militaires canadiens pourront dorénavant marcher en uniforme sans permission spéciale

Peu importe votre identité/orientation sexuelle, enrôlez-vous dans les Forces armées canadiennes, la diversité fait la force, twittaient les Forces armées canadiennes le 26 juillet dernier, le jour même de l'annonce brutale de l'interdiction des personnes transgenres dans les forces armées américaines par Donald Trump. (Twitter/@ForcesCanada)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Peu importe votre identité/orientation sexuelle, enrôlez-vous dans les Forces armées canadiennes, la diversité fait la force, twittaient les Forces armées canadiennes le 26 juillet dernier, le jour même de l’annonce brutale de l’interdiction des personnes transgenres dans les forces armées américaines par Donald Trump. (Twitter/@ForcesCanada)

Alors que les droits des personnes LGBT sont battus en brèche dans l’Amérique de Donald Trump, ici au Canada, dans une directive récente, le chef d’état-major de la Défense indique que les militaires qui participeront à un défilé de la fierté gaie pourront marcher en uniforme sans avoir à demander la permission.

Le général Jonathan Vance a écrit en juin que, dans un effort pour promouvoir la diversité et l’inclusion au sein de l’armée canadienne, tous les militaires sont invités à participer, en uniforme, aux activités de la fierté LGBTQ ((lesbienne, gay, bisexuelle, transgenre, »queer », pourvu que l’uniforme ne soit pas modifié, rapporte aujourd’hui La Presse Canadienne.

Les militaires pouvaient déjà participer depuis des années aux défilés de la fierté LGBTQ, mais devaient demander la permission à leur supérieur pour porter l’uniforme lors d’un événement public.

La directive du chef d’état-major Vance fait suite à une initiative semblable prise plus tôt cet été par le commandant de la Marine royale canadienne, le vice-amiral Ron Lloyd, précise l’agence de presse.

Ces directives font partie d’une vaste stratégie pour promouvoir la diversité et l’inclusion au sein de l’armée.

Alors que l’Amérique de Donald Trump s’affirme de plus en plus anti-LGBT, le Canada, lui, vante sa diversité.

À l’annonce le 26 juillet par le président américain sur son compte Twitter personnel, prenant de court le Pentagone qui n’avait pas été mis dans le coup, de l’interdiction des personnes transgenres dans les forces armées américaines, le Canada a tout de suite réagi en accentuant la promotion du recrutement des soldats de toutes identités ou orientations sexuelles.

«Peu importe votre identité/orientation sexuelle, enrôlez-vous» dans les forces armées canadiennes, a publié le jour même sur son compte Twitter, le ministère de la Défense, suivi du mot-clé «la diversité fait la force».

Et, avec son message, le ministère canadien a publié une photographie de marins canadiens jouant de la musique lors de la Gay Pride de Toronto en 2016, ainsi qu’un lien hypertexte vers la page de recrutement de l’armée.

En 1992, l’armée canadienne avait annulé une ordonnance datant de 1967 qui lui permettait d’exclure de ses rangs toute personne soupçonnée de «déviance sexuelle».

Depuis cette abrogation, les personnes LGBT (lesbiennes, gais, bisexuels et transgenres) peuvent «servir fièrement dans les forces armées canadiennes, et ce, à l’abri de harcèlement et de discrimination», a récemment noté le ministère de la Défense.

L’armée ne donne aucune donnée sur le nombre de personnes transgenres dans ses rangs mais, selon les médias locaux, elles seraient de quelques centaines. L’armée aurait également financé quelques dizaines d’opérations de changement de sexe.