Américain inculpé pour espionnage en Russie: Moscou réplique en invoquant une Russe arrêté par le FBI

0
152
L'ancien Marine Paul Whelan, arrêté et inculpé en décembre pour espionnage à Moscou. (AFP)
Temps de lecture estimé : 4 minutes
L’ancien Marine Paul Whelan, arrêté et inculpé en décembre pour espionnage à Moscou. (AFP)
La Russie a exigé samedi des explications de la part des États-Unis concernant l’arrestation d’un Russe par le FBI fin décembre, peu après l’interpellation à Moscou d’un Américain accusé d’espionnage.

Mise à jour 05/01/2018, 15h

Le ministre adjoint des Affaires étrangères de la Russie, Sergei Ryabkov, écarte pour l’instant l’idée d’échanger Paul Whelan, un détenu américano détenant la citoyenneté canadienne qui est soupçonné d’espionnage, contre Maria Butina, une Russe emprisonnée aux États-Unis après avoir plaidé
coupable d’avoir agi comme agente étrangère aux États-Unis.

Ryabkov a dit qu’il était encore trop tôt pour discuter de cette affaire, puisque M. Whelan n’a pas encore été accusé formellement.

Paul Whelan, qui détient aussi les citoyennetés britannique et irlandaise, a été arrêté à la fin du mois de décembre. Selon certains, les Russes pourraient l’avoir arrêté pour l’échanger contre Maria Butina, une Russe qui a plaidé coupable d’avoir agi comme agente étrangère aux États-Unis.

Selon le ministère russe des Affaires étrangères, Dmitri Makarenko, né en 1979, a été arrêté à son arrivée à l’aéroport de Saipan, sur les îles Mariannes du Nord, territoire associé aux États-Unis et situé dans la mer des Philippines.

« L’ambassade de Russie à Washington a appris ce qui lui est arrivé non pas via les forces de l’ordre américaines, mais via ses proches », a poursuivi le ministère dans un communiqué, accusant les États-Unis de violer le droit consulaire.

La Russie n’a pas obtenu d’accès consulaire, qui aurait dû être accordé le 2 janvier au plus tard à M. Makarenko. Il a été transféré des îles Mariannes du Nord en Floride, selon la même source.

« Nous demandons à Washington de clarifier les raisons de l’arrestation de ce citoyen russe et de respecter pleinement ses droits », a ajouté le ministère russe.

Selon les documents de la justice américaine, Dmitri Makarenko a été inculpé en Floride pour tentative d’exportation, sans autorisation, de matériel de défense tel que des lunettes de visée à vision nocturne.

Les autorités russes soulignent que l’arrestation de M. Makarenko a eu lieu le 29 décembre, soit le lendemain de l’interpellation à Moscou de l’américano-britannique Paul Whelan, également détenteur des passeports canadien et irlandais.

Selon les services de sécurité russes (FSB), ce dernier a été arrêté « pendant qu’il commettait un acte d’espionnage ». Selon sa famille, il visitait la ville à l’occasion du mariage d’un ami.

Certains spécialistes en sécurité émettent cependant des doutes sur la qualité d’espion de M. Whelan. Selon le New York Times, il avait été traduit en cour martiale en 2008 pour vol et escroquerie, infraction qui empêche ou au moins complique un recrutement au sein du renseignement.

D’autres observateurs pensent que l’arrestation est liée à celle de Maria Butina en juillet dernier à Washington.

La citoyenne russe, soupçonnée d’avoir essayé d’infiltrer les cercles du pouvoir américain via la puissante association de défense du port d’armes, la NRA, a récemment plaidé coupable de « complot » en vue de « promouvoir les intérêts de la Russie ».

La famille de l’Américain inculpé pour espionnage à Moscou demande au Congrès d’intervenir

L a famille de l’ancien Marine Paul Whelan, arrêté et inculpé pour espionnage à Moscou, a pour sa part demandé vendredi au Congrès des Etats-Unis et au Département d’Etat d’intervenir pour obtenir sa libération.

« Le personnel de l’ambassade américaine à Moscou a eu un accès consulaire à Paul et a confirmé qu’il était en sécurité », a écrit son frère David Whelan, en exprimant, dans un communiqué, le « soulagement » de la famille.

Il a dit « apprécier » l’engagement de l’ambassadeur des Etats-Unis en Russie, Jon Huntsman, « de rester en contact avec John ».

Mais, a-t-il ajouté, « nous appelons le Congrès des Etats-Unis et le Département d’Etat à venir en aide à Paul pour garantir sa libération et son retour prochain à la maison. » 

David Whelan n’a pas précisé ce que la famille attendait du Congrès qui, dans le passé, a à plusieurs reprises pris des sanctions à l’encontre de la Russie.

Les autorités américaines sont pour l’instant restées prudentes sur ce dossier, qui survient dans un contexte marqué par plusieurs accusations d’espionnage portées par les Occidentaux contre la Russie.

« Si son arrestation n’est pas justifiée, nous demanderons son rapatriement immédiat », a déclaré mercredi le Secrétaire d’Etat Mike Pompeo, exigeant d’en savoir plus sur les accusations portées contre lui.

Paul Whelan, 48 ans, possède les nationalités américaine, britannique, et irlandaise. Selon le New York Times, il a aussi un passeport canadien. 

Retraité de la Marine des Etats-Unis, il est actuellement le directeur de la sécurité internationale du groupe américain BorgWarner, un fabricant de pièces détachées dans le secteur automobile. 

Les services de sécurité russe (FSB) ont assuré qu’il était en train de commettre « un acte d’espionnage » lors de son arrestation, il y a une semaine à Moscou.

Il a été inculpé et un tribunal a ordonné son maintien en détention provisoire, a fait savoir jeudi son avocat. Il encourt une peine pouvant aller jusqu’à 20 ans de prison.

Sa famille clame son innocence et assure qu’il était à Moscou pour le mariage d’un ancien collègue de la Marine.

Alors, que certains commentateurs avancent que Paul Whelan pourrait servir de monnaie d’échange contre la Russe Maria Butina, arrêtée cet été aux Etats-Unis et qui a plaidé coupable en décembre de « complot » en vue de « promouvoir les intérêts de la Russie », le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, a mis en garde Moscou vendredi contre un « jeu d’échecs diplomatique ».