Suspectés de racisme, les cadets de West Point innocentés

Le 120e match de football Army-Navy le 14 décembre 2019, au Lincoln Financial Field à Philadelphie. [West Point]
Temps de lecture estimé : < 1 minute

Deux prestigieuses écoles militaires ont disculpé vendredi plusieurs de leurs élèves, qui avaient été filmés en train de faire un signe soupçonné d’être lié au suprémacisme blanc, affirmant qu’il se livraient en réalité à un jeu n’ayant rien de raciste.

Lors d’un match de football le week-end dernier, au moins deux cadets de l’école militaire de West Point, ainsi qu’un aspirant de l’Académie navale des États-Unis, avaient été filmés en train de former d’une main le signe «OK» – pouce et index joints tandis que les trois autres doigts restent tendus – derrière un commentateur en direct sur la chaîne sportive ESPN.

Selon la Anti-Defamation League (ADL), association de lutte contre l’antisémitisme, ce signe est devenu populaire au sein des suprémacistes blancs. Une enquête avait été ouverte par les deux écoles.

«Nous sommes confiants dans le fait que ces signes de la main n’avaient aucune intention raciste», a déclaré l’Académie navale. Elle a assuré que les élèves jouaient en réalité à un jeu enfantin consistant à piéger une personne dont les yeux tombent sur le cercle formé par la main : il est alors permis de la frapper à l’épaule.

Malgré les résultats de cette enquête, «leurs actions seront traitées de façon appropriée», a déclaré l’Académie, basée à Annapolis dans le Maryland.  

Le lieutenant général à la tête de West Point, Darryl Williams, a lui aussi disculpé les élèves de toute intention raciste, mais il s’est dit «déçu par le comportement immature des cadets».  

Ce signe «OK», pourtant ordinaire, s’est répandu dans les cercles d’extrême droite et est parfois utilisé par des supporters de Donald Trump, qui n’en connaissent pas toujours l’origine, selon l’ADL.  

L’extrémiste australien Brenton Tarrant, auteur du carnage dans deux mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande, l’avait utilisé lors de son arrivée au tribunal en mars 2019.