Le chef de l’Etat islamique en Afghanistan arrêté, selon des responsables afghans

Les forces de sécurité afghanes ont capturé Abdullah Orakzai (alias Aslam Farooqi) le chef du groupe armé l'État islamique en Afghanistan, selon une annonce faite samedi 4 mars 2020 par la Direction nationale de la sécurité du pays. [Direction nationale de la sécurité afghane]
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Le chef de la filiale afghane du groupe État islamique a été arrêté avec 19 autres militants, ont annoncé samedi des responsables afghans, rapporte le Stars and Stripes, le journal officiel des Forces américaines.

Abdullah Orakzai, alias Aslam Farooqi, a été arrêté par les forces de la Direction nationale de la sécurité, a indiqué la principale agence de renseignement du pays dans un communiqué.

Il n’était pas clair où les arrestations ont eu lieu. Farooqi et les autres ont été arrêtés vendredi, a déclaré à Stars and Stripes le porte-parole du NDS, Haris Jebran. Jebran a refusé de fournir plus de détails.

Les frappes aériennes et les raids américains ciblent l’affilié régional du groupe terroriste, connu sous le nom d’État islamique Province de Khorasan, depuis 2016. Daech avait annoncé la formation du groupe au début de l’année précédente.

En avril dernier, Farooqi avait remplacé l’ancien chef du groupe, connu sous le nom de guerre Abu Omar Khorasani, ont indiqué les Nations Unies dans un rapport en juillet. L’EI aurait rétrogradé Khorasani à cause de ses «mauvaises performances» et de ses échecs opérationnels fin 2018 dans l’est de la province de Nangarhar.

L’arrestation de Farooqi est le dernier revers de l’Etat islamique, qui a vu environ 300 de ses combattants se rendre aux forces gouvernementales au cours des derniers mois de 2019.

Les frappes aériennes américaines soutenues, les opérations des forces de sécurité et les combats entre l’Etat islamique et les talibans ont conduit aux redditions, a déclaré l’armée américaine en janvier dans un rapport décrivant la forteresse du groupe à Nangarhar comme «démantelée».

Pourtant, le groupe continue de revendiquer des attaques de grande envergure dans tout le pays, comme lorsque des hommes armés ont pris d’assaut un temple sikh dans la vieille ville de Kaboul le 25 mars, tuant plus de deux douzaines de personnes.

Cette attaque a eu lieu moins d’une semaine après qu’un combattant de l’État islamique a tiré des mortiers sur l’aérodrome de Bagram, la plus grande base américaine du pays et un centre pour la coalition dirigée par les États-Unis. Les tirs de mortiers ont été intercepté sans blesser ni endommager la base, ont déclaré des responsables de la coalition et des autorités locales.

L’armée américaine estime qu’entre 2000 et 2500 combattants du groupe armé État islamique restent actifs en Afghanistan selon les dernières données rapportées par l’inspecteur général spécial pour la reconstruction de l’Afghanistan.

(Source: Stars and Stripes)