L’USS Harry S. Truman reste en mer pour se protéger du coronavirus

0
101
Photo officielle du USS Harry S. Truman (CVN 75) et des navires affectés au Harry S.Truman Carrier Strike Group (HSTCSG) croisant dans Atlantique le 16 février 2018, lors d'un exercice d'unité d'entraînement composite (COMPTUEX) visant à évaluer et certifier la capacité du groupe d'attaque dans son ensemble à effectuer des opérations de combat soutenues depuis la mer. (Archives/U.S. Navy)
Temps de lecture estimé : 3 minutes

Le porte-avions USS Harry S. Truman restera en mer dans l’océan Atlantique pour tenter de protéger ses marins du coronavirus, a annoncé la Marine américaine.

Le porte-avions et les navires du groupe aéronaval qui l’accompagnent resteront en mer pour être prêts à se déployer en cas de besoin, a indiqué dans son communiqué le commandement de la 2e flotte, basée à Norfolk, en Virginie.

« Le navire entre dans une période au cours de laquelle il doit être prêt à réagir et à se déployer à tout moment », a déclaré le vice-amiral Andrew Lewis, commandant de la 2e flotte. «Normalement, nous pouvons nous préparer à un déploiement tout en restant à quai, mais face à [la pandémie de coronavirus], nous devons protéger notre bien le plus précieux, notre personnel, en gardant le navire en mer.»

La Marine a déclaré qu’elle continuerait d’évaluer la situation du groupe aéronaval du USS Harry S. Truman et referait le point pour les marins impliqués et leurs familles dans environ trois semaines.

La Marine compte plus de 1 000 cas confirmés de COVID-19, soit le plus grand nombre de cas de coronavirus de toutes les forces armées américaines. L’USS Theodore Roosevelt a été détourné vers Guam fin mars en raison d’une épidémie du virus à bord du porte-avions, qui a depuis infecté 585 marins. La mort d’un marin du Roosevelt atteint par la maladie a été annoncée lundi.

Daily Update: April 14, 2020

Key Developments

As of today, 93% of USS Theodore Roosevelt crewmembers have been tested for COVID-19, with 589 positive and 3,922 negative results. 4,024 Sailors have moved ashore.

Four Sailors assigned to USS Theodore Roosevelt are in U.S. Naval Hospital Guam being treated for COVID-19 symptoms. One of those Sailors is in the Intensive Care Unit (ICU) for increased observation due to shortness of breath.

Seven Medical Treatment Facility crewmembers on board USNS Mercy have tested positive for COVID-19 and are currently isolated off the ship. All who were considered to have been in close contact with those crewmembers remain in quarantine off the ship and have tested negative for COVID-19 with the exception of one crewmember who was the fifth confirmed positive case. The ship is following protocols and taking every precaution to ensure the health and safety of all crewmembers and patients on board. This will not affect the ability for Mercy to receive patients at this time.

Navy totals as of 0400 EDTCasesHospitalizedRecoveredDeaths
MIL95091221
CIV14012193
DEP624120
CTR56452
TOTAL1208291586

(Source: COVID-19/Navy Live/U.S.Navy Response)

L’ancien commandant du Theodore RooseveltBrett Crozier, avait été démis de ses fonctions début avril après avoir écrit une lettre de plusieurs pages à sa hiérarchie demandant l’évacuation immédiate du porte-avions contaminé par le coronavirus.  

«Nous ne sommes pas en guerre. Il n’y a aucune raison que des marins meurent», s’exclamait le commandant Crozier.

Cinq jours plus tard, le secrétaire à l’US Navy Thomas Modly, vivement critiqué pour sa gestion de la crise, avait démissionné.

Les résultats de l’enquête de la Navy sur l’affaire du Roosevelt devrait être rendue publique bientôt.

Le Roosevelt reste actuellement amarré à Guam alors que la Marine tente de contrôler l’épidémie. Environ 4 021 marins ont jusqu’ici été transférés du navire vers l’île.

Des cas de Covid-19 ont aussi été décelés au sein des équipages de trois autres porte-avions américains qui sont à quai et dont le déploiement, dans certains cas, n’est pas prévu avant plusieurs mois: le Ronald Reagan, en cours de maintenance au Japon, ainsi que le Carl Vinson et le Nimitz, tous deux en maintenance dans l’Etat de Washington (nord-ouest).

L’USS Nimitz, maintenant dans le port de Bremerton, dans l’État de Washington, sur la côte ouest, a fait placer en isolement un marin qui présentait des symptômes, mais dont le test de dépistage du coronavirus s’est avéré jusqu’ici «non concluant». Un autre marin, qui était en permission début mars, a été testé positif et n’est donc pas retourné sur le Nimitz.

Quant au USS Ronald Reagan, à la base navale de Yokosuka au Japon où il est en cours de maintenance, plus de 1 000 marins du porte-avion et de son groupe naval ont été transportés par bus vers la base aérienne de Yokota et l’installation aéronavale d’Atsugi pour être placés en isolation en prévision de leur déploiement.

La préoccupation majeure des forces américaines pendant la pandémie semble être, outre la sécurité de son personnel et le maintien de la force, de ne pas projeter une image de faiblesse qui pourrait donner à l’ennemi l’envie de les mettre à l’épreuve.

Malgré la pandémie, les forces armées américaines cherchent à contrer l’apparence d’un affaiblissement et, la semaine dernière, le chef d’état-major de la Défense des États-Unis, le général Mark Milley, a tenu à déclarer que, même si un de ses porte-avions est immobilisé dans le Pacifique, elle répondra à toute attaque. «Nous sommes prêts, quelle que soit la menace», a déclaré le général Milley au cours d’une téléconférence destinée aux forces américaines. «J’espère que personne dans le monde ne croit que les capacités de l’armée américaine sont sérieusement affaiblies. Ce n’est pas le cas».