La disponibilité opérationnelle doit être maintenue malgré la COVID, déclare le général Vance

Temps de lecture estimé : 4 minutes

Alors qu’il parlait récemment d’une reprise prudente des activités courantes, le chef d’état-major de la Défense, le général Jonathan Vance, précise dans sa dernière lettre aux membres et familles des Forces armées canadiennes, publiée le jour où on apprenait que cinq militaires ont été infectés pendant leur déploiement pour venir en aide aux établissements de soins de longue durée où sévit le coronavirus, sa pensée sur ce que les Forces armées canadiennes prévoient faire pour mener leurs activités dans un contexte de pandémie de Covid-19 prolongée.

Les Forces armées canadiennes commenceront à reprendre leurs activités en se fondant sur une nouvelle directive qui sera bientôt publiée et dont l’objectif sera de reprendre les activités liées à l’instruction et à la disponibilité opérationnelle tout en prenant des précautions pour atténuer les risques de contraction et de propagation de la COVID-19, indiquait le 9 mai le chef d’état-major de la Défense.

Alors que l’aplatissement de la courbe se poursuit et que les discussions régionales se tournent vers l’assouplissement des restrictions sociales, le chef d’état-major enjoint toutefois à ses troupes de continuer de respecter les mesures mises en oeuvre par les Forces armées canadiennes pour assurer la santé des forces.

Le général demandent aux membres des Forces armées canadiennes de suivre, certes, les consignes régionales sur les interactions sociales, mais exige, surtout, le respect absolu des mesures adoptées par les Forces armées canadiennes.

«C’est notre devoir de maintenir notre engagement à l’égard de la santé de nos forces», a déclaré le général cette semaine.

La disponibilité opérationnelle «doit absolument être maintenue»

Mais, pour le chef d’état-major de la Défense, les activités essentielles doivent néanmoins reprendre pour que les Forces armées canadiennes puissent respecter leurs obligations. Ainsi la disponibilité opérationnelle «doit absolument être maintenue et on ne doit en aucun cas lui permettre de s’éroder», dit le chef d’état-major de la Défense.

Le général Vance a ainsi demandé aux dirigeants des Forces armées canadiennes de planifier une reprise contrôlée des activités essentielles en prévoyant des mesures qui permettront la poursuite des opérations dans le contexte de la pandémie de Covid-19.

Il s’agit, explique le général, «d’une approche fondée sur les conditions, et la santé et la sécurité sont au cœur de la planification» .

Diverses questions sont aussi prises en compte, poursuit-il, comme la possibilité de mettre en oeuvre des plans de soutien à la famille, la disponibilité des services de garde, la réouverture des écoles, la disponibilité des transports publics, la levée des restrictions de déplacements régionales et l’accès aux télécommunications et à l’infrastructure des technologies de l’information.

S’adressant à ceux et celles qui ne sont pas actuellement affectés à une opération, le général indique qu’au fur et à mesure que les plans seront formalisés au niveau stratégique et au niveau tactique, ceux et celles qui font partie de ce qu’il appelle les effectifs actuellement dispersés auront une meilleure idée de ce qu’il adviendra.

«Vous pourriez notamment continuer de travailler à partir de la maison, travailler sur place ou travailler selon une approche mixte, le tout dans le respect des nouveaux protocoles de sécurité instaurés», explique le général dans sa lettre du 15 mai aux membres et familles des Forces armées canadiennes.

Dans les prochaines semaines, les plans seront formulés pour la reprise des activités essentiels avec des dates et des échéanciers à déterminer, annonce-t-il.

Ces plans varieront selon les régions, seront fondées sur les conditions et feront l’objet d’un examen continu pour garantir qu’ils respectent les consignes de sécurité et de santé, précise le chef d’état-major.

Opération REASSURANCE

Dans sa lettre du 15 mai, le général Vance aborde aussi la question du rôle du NCSM Fredericton dans le cadre de l’opération REASSURANCE au sein du Standing NATO Maritime Group 2 (SNMG2) la force navale multinationale de l’OTAN, depuis que son hélicoptère embarqué, un CH-148 Cyclone, s’est abîmé dans la mer Ionienne le 29 avril, causant la mort des six personnes qui prenaient place à bord.

Le Fredericton a maintenant repris ses fonctions et vogue actuellement sans détachement aérien, indique le général.

«Lorsque l’Aviation royale canadienne donnera ses directions en ce qui a trait à la pause opérationnelle de la flotte [qui a suivi le tragique accident, NDLR], un CH-148 Cyclone pourrait être transféré au NCSM Fredericton en vue de reprendre les opérations aériennes en mer. Toutefois, de nombreux facteurs seront évalués, comme la levée de la pause opérationnelle toujours en vigueur pour la flotte d’hélicoptères Cyclone.», explique le chef d’état-major de la Défense, qui affirme que les plans de récupérations de Stalker 2 [le  »call sign » du CH-148 disparu, NDLR] vont bon train et qu’il devrait être en mesure d’en dévoiler publiquement les détails dans quelques jours.

À lire aussi:

Opération LASER: bientôt plus de 1 350 militaires déployés dans 25 CHSLD au Québec >>

Opération LASER: un soldat infecté en Ontario, quatre au Québec >>

COVID-19: les militaires sont et restent des militaires >>

COVID-19 et Forces armées canadiennes: bientôt une reprise prudente des activités courantes ­­>>