Le Canada résolu à participer à RIMPAC 2020 malgré la pandémie

Navires et sous-marins en formation dans les eaux hawaïennes durant RIMPAC 2012 (Archives/U.S. Navy photo par Chief Mass Communication Specialist Keith Devinney/RELEASED)
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Les Forces armées canadiennes (FAC) demeurent résolues à participer de façon significative à l’exercice Rim of the Pacific 2020 (RIMPAC) afin de maximiser les possibilités de formation uniques fournies par cet exercice biennal et renforcer leurs relations avec leurs alliés et partenaires dans la région du Pacifique, confirme la Défense nationale dans un courriel envoyé à 45eNord.ca.

La flotte américaine du Pacifique accueillera la 27e édition de cet exercice biennal majeur cette année au milieu de la pandémie mondiale de COVID-19, mais avec des changements relativement au calendrier et aux composantes de l’exercice plutôt que de devoir annuler l’événement, annonçait la semaine dernière le commandement de la Flotte américaine du Pacifique.

COVID-19 oblige, on aura cette année un RIMPAC 2020 réduit avec uniquement des exercices en mer et sur une période plus courte, du 17 au 31 août, alors que, normalement, l’événement s’étend de juin à août et comprend, outre les événements en mer, des événements culturels dans le port de Pearl Harbor à Hawaï et des échanges militaires, ainsi que des débarquements amphibies et une formation à terre pour les Marines et autres forces terrestres.

Le Canada participe à cet exercice majeur depuis le tout début, en 1971, alors qu’il prenait part au tout premier RIMPAC aux côtés des États-Unis, de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande et du Royaume-Uni. Depuis, RIMPAC a grandi et, de nos jours, des dizaines de marines nationales prennent part à cet exercice au large de Hawaï. Ainsi, en 2018, 26 pays y ont participé, venant de l’océan Indien, du Pacifique Sud, d’Amérique du Sud, et plus encore.

Les Forces armées canadiennes sont donc en étroite communication avec leurs homologues américains et évaluent actuellement les possibilités d’adapter leur participation en conséquence.

«Notre participation au RIMPAC permettra d’obtenir un juste équilibre entre la nécessité d’accomplir des tâches essentielles et de participer à une instruction menant au niveau de préparation élevé à l’appui des opérations prévues, et celle de protéger la santé et la sécurité de notre personnel.», déclare la Défense canadienne.