Le Ranger armé arrêté à Rideau Hall: le voile commence à se lever sur ses motivations

Corey Hurren qui a franchi jeudi matin 2 juillet à 6h30 l’entrée principale pour piétons de Rideau Hall avec son véhicule et s'est rendu à pied à la serre près de laquelle le premier ministre Justin Trudeau et sa famille vivent à Rideau Cottage.[LinkedIn/Corey Hurren]
Temps de lecture estimé : 5 minutes

Lors de leur mise à jour ce matin sur l’arrestation hier de Corey Hurren qui a franchi l’entrée principale pour piétons de Rideau Hall avec son véhicule et a plus tard été arrêté par la police fédérale, le Sous-commissaire de la GRC, Mike Duheme, accompagné de la Commissaire adjointe Bernadine Chapman, commandante de la Division nationale, ont confirmé que l’homme, contre qui plusieurs accusations seront déposées, comparaîtra en cour ce matin pour son enquête sur cautionnement.


Mise à jour 03/07/2020, 18h13

Corey Hurren, un membre des Rangers des Forces armées canadiennes avec le grade de caporal, qui a franchi, armé, l’entrée principale pour piétons de Rideau Hall avec son véhicule vers 6h30 jeudi 2 juillet et a plus tard été arrêté par la police fédérale alors qu’il s’approchait de Rideau Cottage, où résident le premier ministre et sa famille, demeurera détenu et fait face maintenant à une longue liste de 22 accusations.


Hier, jeudi 2 juillet, plusieurs véhicules de police ont été appelés à Rideau Hall, la résidence du gouverneur général et la résidence temporaire du premier ministre, après que Corey Hurren a franchi la grille Thomas au 1 promenade Sussex (grille Thomas) avec son véhicule, un Dodge Ram 1 500, vers 6 h 30 du matin.

Hurren est membre des Rangers canadiens, une composante de la Réserve de l’Armée canadienne qui sert dans les régions éloignées et côtières, offrant généralement de l’aide pour les opérations de sécurité nationale et de sécurité publique.

Après avoir pénétré avec son véhicule sur le terrain de Rideau Hall, l’homme, armé, est sorti de sa camionnette et s’est rendu à pied à la serre où des agents de la GRC, en patrouille, l’ont arrêté. Le premier ministre Justin Trudeau et sa famille vivent à Rideau Cottage près de la serre, mais, tant le premier ministre et sa famille que la gouverneure générale étaient absents au moment des événements.

L’équipe d’intervention d’urgence de la Division nationale est arrivée peu après 7 heures du matin et Hurren a été arrêté «sans incident» et placé en garde à vue vers 8 h 30, a indiqué le Sous-commissaire ce matin

Par mesure de précaution, des experts en matières dangereuses ont fouillé et sécurisé le camion de Hurren. La GRC a également déclaré qu’elle collabore étroitement avec les Forces armées canadiennes à l’enquête.

Hurren n’était pas connu de la police auparavant et ne figurait sur aucune liste de surveillance.

«Je peux confirmer que des mesures immédiates ont été mises en place pour renforcer la sécurité après l’événement d’hier. Nous mènerons un examen après action ainsi qu’à une analyse plus approfondie de la posture de sécurité générale ainsi que de la technologie en place.», a également indiqué le Sous-commissaire Duheme

La chronologie des événements

Voici la chronologie des événements, telle que décrite par le Sous-commissaire Duheme ce matin.

Environ 6 h 40, l’accusé a été vu sur le domaine de Rideau Hall par nos membres qui y sont stationnés dans le cadre de notre équipe de sécurité. L’ensemble des installations a immédiatement été confiné.

Nos collègues du Service de police d’Ottawa et du Service médical d’urgence ont été informés et ont rapidement apporté leur soutien. Nous les remercions pour leur appui indéfectible.

À 6 h 42, l’accusé a marché sur le terrain de Rideau Hall jusqu’à la serre, qui est une structure autonome dont l’accès au public est limité.

À 6 h 43, notre équipe a confirmé avoir eu un contact visuel avec le suspect. Quelques instants plus tard, des membres de la GRC ont réussi à engager une discussion avec le suspect. L’objectif était de désamorcer une situation manifestement périlleuse avec un suspect armé.

À 6 h 53, le suspect continue le dialogue avec nos membres, en donnant son nom et d’autres renseignements qui ont facilité la communication.

Nos membres se sont appuyés sur leur formation et leur instinct afin de poursuivre la discussion avec le suspect jusqu’à 8 h 30, heure à laquelle il a été appréhendé sans incident et mis en détention pour interrogatoire.

Les motivations

Selon ce que rapporte la télévision publique canadienne sur la foi d’une source s’exprimant sous couvert d’anonymat, n’étant pas autorisé à parler de l’affaire, le suspect est venu du Manitoba et avait une arme d’épaule et une note avec lui. À la conférence de ce matin, la police fédérale n’a toutefois pas répondu aux questions sur la note en raison de la nécessité de protéger l’enquête en cours.

De même, interrogé sur les motivations de Hurren, le Sous-commissaire Duheme a répondu que «oui», il les connaissait, mais il n’a pas voulu entrer dans les détails.

Selon sa page LinkedIn, Hurren vit à Bowsman, au Manitoba, à environ 390 kilomètres au nord-ouest de Winnipeg, près de la frontière de la Saskatchewan, et est le propriétaire d’une petite entreprise, GrindHouse Fine Foods, qui fabrique des saucisses.

Hurren a également servi dans l’Artillerie royale canadienne à la fin des années 1990, à Yorkton, en Saskatchewan.

Sur la page Facebook de son entreprise le 26 mai, Hurren parle de son engagement dans les Forces canadiennes, ainsi que ses inquiétudes en raison de la pandémie.

«Cela fait un peu plus d’un an maintenant que j’ai rejoint l’armée, cette fois en tant que Ranger canadien. Il y a une vingtaine d’années, je faisais partie de l’Artillerie royale canadienne lorsque je vivais en Saskatchewan.», écrit-il.

«Lorsque les Rangers ont commencé à recruter dans notre région du centre du Manitoba pour former une nouvelle patrouille dans la vallée de la rivière Swan, j’ai déposé ma candidature tout de suite. J’avais entendu parler des Rangers, mais je n’aurais jamais pensé que j’aurais une chance d’en faire partie ou même de retourner dans l’armée. Les Rangers se trouvent généralement dans les régions les plus septentrionales et éloignées du Canada, mais je suppose que cela en dit vraiment long sur Swan River.». poursuit-il.

«J’ai commencé à travailler avec notre commandant de patrouille local et le QG de la compagnie à Winnipeg pour aider au processus d’administration et de demande de formation de notre nouvelle patrouille. J’étais souvent à Winnipeg pour affaires avec GrindHouse et le Ring Of Fire Jalapeno Garlic Sausage.», écrit encore Hurren sur la page Facebook de son entreprise.

«J’ai prêté serment en mai dernier et nous avons eu notre premier exercice en juin qui a eu lieu dans les montagnes Duck, qui se trouve du côté sud de la vallée.»

«Lorsque nous avons commencé à former la patrouille et à occuper les postes de direction, j’ai été élu patrouilleur 2IC ou 2e commandant. J’ai vraiment aimé travailler avec les Rangers. Au cours de la dernière année, j’ai parcouru tout le Manitoba et j’ai travaillé avec les Rangers de chaque patrouille de la province. Chaque exercice a été intéressant et unique. J’ai été sur des bateaux, des canots, des quads, des motoneiges, des avions et des hélicoptères. J’ai également suivi une formation avec la Garde côtière canadienne à Gimli sur le lac Winnipeg et une formation en recherche et sauvetage avec l’OFC ou le Bureau du commissaire aux incendies. J’ai également été instructeur pour certains des cours de formation sur la survie en milieu sauvage que les Rangers ont offerts aux membres des Forces armées canadiennes et de la Gendarmerie royale du Canada. J’étais même avec la Gillam Patrol lors de la chasse à l’homme l’été dernier.»

«Comme certains d’entre vous le savent peut-être déjà, les choses ont été suspendues avec mes produits de viande GrindHouse en raison de la logistique de la situation en raison de la COVID-19. En tant que Ranger canadien, je suis également membre de la Réserve de l’Armée des Forces armées canadiennes. Je fais partie des volontaires qui sont de garde partout au Canada dans le cadre de l’opération LASER, qui est la réponse de nos militaires pour aider à faire face à la pandémie du Coronavirus.»

«Je ne sais pas ce qu’il restera de notre économie, de nos industries et de nos entreprises lorsque tout cela se terminera. J’aimerais continuer avec mes produits à base de viande lorsque mon contrat de volontaire avec les militaires sera terminé, peu importe quand.»

«J’ai vraiment hâte de voir cette pandémie se terminer afin que je puisse recommencer à vivre plus d’aventures avec mes collègues Rangers.»

Et hier sur la page Facebook de l’entreprise, un post présentait un meme de «Event 201», un exercice de préparation à une pandémie mondiale mené l’année dernière que les complotistes utilisent maintenant pour suggérer que le co-fondateur de Microsoft, Bill Gates, est derrière la COVID-19.

Et d’autres posts encore se moquent des difficultés et des craintes engendrées par la pandémie.

À suivre…