Pompeo n’exclut pas que Poutine soit invité à un sommet élargi du G7

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo, le 24 juin 2020 à Washington. [AFP]
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, n’a pas exclu mercredi que le président russe Vladimir Poutine puisse être invité à un sommet élargi du G7, tout en soulignant prendre « au sérieux » les activités de Moscou en Afghanistan.

« C’est le président qui décide s’il veut l’inviter à un sommet ou non », a déclaré le secrétaire d’État américain au cours d’une conférence de presse, alors que Donald Trump a été critiqué pour sa volonté d’inviter M. Poutine à ce sommet des pays industrialisés, bien que Moscou soit accusé d’avoir versé des primes aux talibans pour tuer des Occidentaux en Afghanistan.  

« C’est à lui de prendre cette décision », a ajouté M. Pompeo. « Mais je suis convaincu qu’il est absolument important que nous ayons des contacts plus fréquents avec les Russes ».

Selon des médias américains, des agents russes ont distribué de l’argent à des combattants « proches des talibans » pour qu’ils tuent des soldats américains ou de l’OTAN en Afghanistan.

La Russie et les talibans ont démenti en bloc ces informations, mais M. Pompeo a indiqué que les États-Unis surveillaient depuis longtemps les activités de Moscou en Afghanistan.

« Quand nous voyons des informations crédibles qui suggèrent que la Russie met des vies américaines en danger, nous y répondons d’une façon sérieuse », a-t-il déclaré. « Est-ce que nous les mettons en garde, est-ce que nous leur parlons ? La réponse est : bien sûr que nous le faisons ».

« Nous avons pris ceci au sérieux. Nous l’avons géré de façon adéquate. Les Russes vendent des armes qui mettent les Américains en danger depuis 10 ans. Nous avons exprimé notre désaccord », a-t-il ajouté.

Mais d’après ces journaux, qui s’appuient sur des sources anonymes au sein du renseignement américain, les informations ont été transmises à Donald Trump, et le conseil de Sécurité nationale de la Maison-Blanche en a discuté à la fin mars sans qu’aucune action ne soit engagée.

En outre, M. Trump a proposé une nouvelle fois début juin d’inviter au prochain sommet du G7 son homologue Vladimir Poutine, qui avait été exclu en 2014 de ce qui était alors le G8 pour avoir annexé la Crimée.