L’Iran attaque un pétrolier au large des Émirats à la recherche d’un million de barils de pétrole saisis par les États-Unis

Temps de lecture estimé : 3 minutes

À la recherche d’1,1 million de barils de produits pétroliers saisis par le département américain de la Justice, les forces iraniennes ont saisi à leur tour un pétrolier marchand dans le golfe d’Oman au large des Émirats arabes unis plus tôt cette semaine, ont confirmé cette semaine des responsables du Département américain de la Justice (DoJ), cités par le USNI News, le service de presse du United States Naval Institute.

Vendredi, la justice américaine a annoncé que les États-Unis avaient saisi sur quatre pétroliers marchands à destination du Venezuela plus de 1,1 million de barils de pétrole appartenant au Corps des gardiens de la révolution iranien, que Washington considère comme une organisation terroriste.

Le département américain de la Justice avait déposé le 2 juillet devant un tribunal fédéral de Washington une plainte et un mandat de confiscation pour les cargaisons des pétroliers BellaBeringPandi et Luna, en route vers le Venezuela.

Ces quatre navires ont été saisis en mer et se dirigent vers Houston au Texas, rapportait jeudi le quotidien économique et financier Wall Street Journal, citant des responsables américains.

«Le gouvernement a annoncé […] qu’il avait exécuté avec succès l’ordre de saisie et confisqué la cargaison des quatre navires, totalisant environ 1,116 million de barils de pétrole. Avec l’aide de partenaires étrangers, ces biens saisis sont maintenant sous la garde des États-Unis », lit-on dans un communiqué du ministère de la Justice.«Ces actions représentent la plus importante saisie jamais réalisée par le gouvernement de cargaisons de carburant en provenance d’Iran.»

À partir du haut à gauche et dans le sens des aiguilles d’une montre: les pétroliers M/T Bella, M/T Bering, M/T Pandi, M/T Luca, saisis par la justice américaine. (DoJ)

Les forces iraniennes étaient à la recherche du pétrole saisi sur les quatre pétroliers lorsqu’elles ont saisi mardi le pétrolier battant pavillon libérien M / T Wila au large des Émirats arabes unis, ont annoncé des responsables.

Une équipe de forces spéciales embarqué à bord d’un SH-3 Sea King de la marine iranienne est descendu à bord de Wila tandis que le patrouilleur iranien Hendijan est venu se ranger aux côtés du pétrolier. Après environ cinq heures, les Iraniens ont quitté le navire, selon la 5e flotte américaine.

Sur le moment, la raison de l’arraisonnement du Wila n’était pas claire, mais les responsables américains ont plus tard confirmé qu’elle était liée à la saisie de la cargaison iranienne des quatre pétroliers.

«Ils cherchaient leur pétrole», a déclaré vendredi le porte-parole du Département américain de la Justice,, Marc Raimondi, cité par le USNI News.

Le pétrolier attaqué par les Iraniens a des connexions avec au moins certains des navires qui ont été interdits par le Département américain de la Justice.

Selon un rapport publié dans The American Shipper, les dirigeants de Wila, Pandi et Bering sont tous enregistrés à la même adresse en Grèce.

La société de sécurité maritime Dryad Global a indiqué que le Wila aurait pu être ciblé par les Iraniens en raison de son lien avec une compagnie maritime grecque qui a traité avec l’Iran dans le passé.

Le M / T Wila, un navire marchand naviguant dans les eaux internationales en route vers le port des Émirats arabes unis de Khor Fakkan, dans le golfe d’Oman, a été arraisonné par du personnel iranien armé à l’aide d’un hélicoptère Sea King iranien et du navire auxiliaire iranien Hendijan (1401) le 12 août 2020. (US Navy)

En plus des mandats de juillet pour la cargaison saisie, les États-Unis ont également obtenu une ordonnance du tribunal pour saisir le méga-pétrolier battant pavillon iranien Adrian Darya ( ex Grace I) qui a été arrêté par la Royal Navy britannique le 4 juillet 2019 alors qu’il tentait de livrer deux millions de barils de pétrole brut iranien vers la Syrie. L’endroit où se trouve le navire est inconnu depuis sa libération il y a un an.

*Avec USNI News