Washington saisit du pétrole iranien destiné au Venezuela

Le pétrolier iranien Fortune à quai à la raffinerie d'El Palito, au Venezuela, le 25 mai 2020 . [Archives/AFP]
Temps de lecture estimé : < 1 minute

Les États-Unis ont saisi la cargaison de quatre pétroliers, transportant du pétrole iranien qui serait destiné au Venezuela pour le compte des Gardiens de la Révolution que Washington considère comme une organisation terroriste, a rapporté le quotidien The Wall Street Journal.

Le département américain de la Justice avait déposé le 2 juillet devant un tribunal fédéral de Washington une plainte et un mandat de confiscation pour les cargaisons des pétroliers BellaBeringPandi et Luna, en route vers le Venezuela.

Ces quatre navires ont été saisis en mer et se dirigent vers Houston au Texas, selon le quotidien qui cite jeudi des responsables américains.

La plainte de la justice américaine cite notamment Mahmoud Madanipour, homme d’affaires ayant des liens avec les Gardiens de la Révolution – l’armée idéologique du régime iranien – qui aurait organisé le transport de pétrole vers le Venezuela, utilisant des compagnies extraterritoriales et des transferts de bateau à bateau pour contourner les sanctions internationales contre le régime.

L’ambassadeur iranien au Venezuela, Hojat Soltani, a déclaré sur Twitter que les informations sur la saisie des pétroliers iraniens constituaient « encore un autre mensonge et de la guerre psychologique » de la part des États-Unis.

« Les navires ne sont pas iraniens et ni le propriétaire ni le drapeau n’ont quoi que ce soit à voir avec l’Iran », a tweeté en espagnol Hojat Soltani.

Le Venezuela possède les plus grandes réserves de pétrole du monde mais sa production s’est effondrée et le pays manque de carburant. Les sanctions américaines contre le régime du président vénézuélien Nicolas Maduro l’ont obligé à se tourner vers des alliés comme l’Iran qui a envoyé plusieurs pétroliers plus tôt cette année pour pallier cette pénurie.