L’Aviation royale canadienne souligne le 80e anniversaire de la bataille d’Angleterre

La bataille d'Angleterre (juillet 1940-mai 1941) opposa les armées de l'Air du Royaume-Uni et de l'Allemagne, soutenue par l'Italie, dans une campagne aérienne marquée par les bombardements de Coventry et de Londres. (You Tube)
Temps de lecture estimé : 4 minutes

C’est avec grande fierté que l’Aviation royale canadienne (ARC) a souligné le 80e anniversaire de la bataille d’Angleterre à l’occasion d’une cérémonie tenue au Cimetière militaire national de Beechwood à Ottawa, en Ontario.

La bataille d’Angleterre s’est déroulée dans le ciel de l’Angleterre du 10 juillet au 31 octobre 1940. C’était la première fois pendant la Seconde Guerre mondiale qu’on affectait au combat une unité de l’ARC dûment formée, ainsi que la première grande bataille menée presque entièrement par des forces aériennes.

Plus de 100 Canadiens ont participé aux combats aériens de la bataille d’Angleterre de juillet à octobre 1940. Vingt-trois pilotes canadiens y ont perdu la vie et des centaines de membres d’équipages au sol canadiens ont servi avec bravoure afin de soutenir les bases aériennes.

Cette année, en raison des restrictions liées à la COVID-19, l’ARC a procédé à un dépôt de couronnes et à une petite cérémonie afin de commémorer les sacrifices faits par les Canadiens et les Alliés pendant la bataille aérienne charnière de la Seconde Guerre mondiale. La cérémonie comprenait un survol d’avions d’époque de l’ARC afin d’honorer ceux qui ont servi et consenti le sacrifice suprême pendant l’été et l’automne de 1940.

Citation

« Aujourd’hui, nous rendons honneur aux membres des équipages navigants et au sol des forces aériennes canadiennes et alliées qui ont changé le cours de la Seconde Guerre mondiale pendant la bataille d’Angleterre. Notre vie serait peut-être très différente aujourd’hui s’ils n’avaient pas répondu à l’appel et lutté contre des forces oppressives. Le discours de Winston Churchill, dans lequel il a employé l’expression « heure de gloire », décrivait les exigences et les difficultés de la bataille d’Angleterre, en plus de souligner son aspiration à la liberté et son espoir d’y parvenir, ainsi que le dévouement et les sacrifices extraordinaires des forces alliées. Ces valeurs exemplaires de dévouement, de professionnalisme et de courage qu’a mentionnées Churchill animent toujours nos aviateurs aujourd’hui. »

Lieutenant-général Al D. Meinzinger, commandant de l’Aviation royale canadienne

Faits en bref

·       La bataille d’Angleterre représentait la première fois qu’un escadron de l’ARC dûment formé, à savoir le 1er Escadron de chasse (renommé 401e Escadron par la suite), participait aux combats de la Seconde Guerre mondiale. Des Canadiens avaient toutefois piloté des appareils dans des escadrons de la Royal Air Force (RAF) pendant la Première Guerre mondiale et plus tôt durant la Seconde Guerre mondiale. Des Canadiens ont également servi comme pilotes dans le 242e Escadron canadien de la RAF et dans d’autres escadrons de la RAF pendant la bataille d’Angleterre.

·       Les combats les plus acharnés, dont les Alliés sont sortis victorieux, ont eu lieu le 15 septembre. Deux jours plus tard, Hitler a reporté l’invasion prévue. C’est d’ailleurs pourquoi on souligne la bataille d’Angleterre le dimanche suivant le 15 septembre.

·       Le radar figure parmi les technologies qui se sont révélées importantes pour la victoire des Alliés pendant la bataille d’Angleterre, ainsi que les installations de commandement et de contrôle, qui permettaient d’envoyer les ressources aériennes au bon endroit, au bon moment et en nombre voulu pour affronter les menaces. L’Aviation royale canadienne se sert toujours de ces principes et technologies aujourd’hui, quoiqu’ils soient considérablement plus avancés.

·       Les historiens décrivent la bataille, à laquelle ont participé quelque 3 000 aviateurs, comme le moment décisif de la Seconde Guerre mondiale. Sir Winston Churchill, faisant l’éloge des efforts courageux de ces aviateurs, a dit : « Jamais, dans l’histoire de la guerre, tant de gens ont été à ce point redevables à aussi peu de personnes. »

Lawrence MacAulay, ministre des Anciens Combattants et ministre associé de la Défense nationale, et Harjit S. Sajjan, ministre de la Défense nationale, ont aussi souligné le 80e anniversaire de la bataille d’Angleterre.

« Cette année marque le 80e anniversaire de la bataille d’Angleterre. De juillet à octobre 1940, un petit groupe de pilotes de chasse alliés a pris son envol pour affronter une force aérienne allemande beaucoup plus importante, la Luftwaffe.

« Il s’agissait de la première grande bataille de l’histoire de la guerre menée exclusivement dans les airs, et nos pilotes canadiens se sont joints à leurs camarades alliés au‑dessus du Royaume‑Uni et de la Manche sachant que seule la victoire pouvait empêcher une invasion allemande en Grande-Bretagne.

«  Alors que 23 Canadiens ont consenti le sacrifice ultime au cours de ce combat, les efforts déployés par les alliés lors de la bataille d’Angleterre ont contribué à déjouer une force aérienne allemande apparemment irrépressible, et au cours de ce qui allait devenir un moment décisif de la Seconde Guerre mondiale, l’invasion ennemie n’a pas progressé comme prévu.

« Comme l’a affirmé le premier ministre Churchill au sujet de ces équipages, « Jamais dans l’histoire des conflits tant de gens n’ont dû autant à si peu. »

« Le rôle du Canada dans la bataille d’Angleterre reflète un engagement à l’égard de la défense collective, le service, la bravoure et le sacrifice, que les membres de l’Aviation royale canadienne continuent de respecter aujourd’hui.

« Nous devons toujours nous souvenir des sacrifices de ceux et celles qui ont servi le Canada, et les honorer pour leur engagement à l’égard des valeurs qui nous sont chères.

« N’oublions jamais. »