ONU: «Ça suffit ! Vous avez généré assez de problèmes dans le monde», lance aux États-Unis l’ambassadeur chinois

L’ambassadeur chinois à l’ONU, Zhang Jun, s’en est vivement pris jeudi 24 septembre aux États-Unis, qui ont à nouveau accusé la Chine d’être responsable de la propagation de la COVID-19, lors d’une visioconférence du Conseil de sécurité sur l’avenir de la gouvernance mondiale à laquelle participaient plusieurs chefs d’État et ministres. (Chine Nouvelle)
Temps de lecture estimé : 3 minutes

«Ça suffit ! Vous avez généré assez de problèmes dans le monde», a lancé lors d’une visioconférence du Conseil de sécurité sur l’avenir de la gouvernance mondiale l’ambassadeur chinois à l’ONU, Zhang Jun, aux États-Unis, après que ceux-ci eurent de nouveau accusé la Chine d’être responsable de la propagation de la COVID-19.

Excédé, l’ambassadeur chinois n’y est pas allé par quatre chemins et s’en est vivement pris aux États-Unis dans des termes, somme toute, assez peu diplomatiques.

«Avant de pointer du doigt les autres, quelle est la cause des 7 millions de cas de maladie et plus de 200 000 morts aux États-Unis ?», a demandé l’ambassadeur chinois, en accusant Washington de propager «le virus de la désinformation», de «mentir», de «tromper». «Cela ne réglera aucun problème», «arrêtez de politiser le virus», « une grande puissance doit se comporter comme une grande puissance»,

Lors d’un débat au sommet sur la «gouvernance mondiale après le COVID-19», le représentant permanent des États-Unis auprès des Nations Unies, Kelly Craft, a réitéré la demande du président Donald Trump de tenir la Chine responsable de la propagation du virus.

En réponse, l’ambassadeur chinois a déclaré que la réunion de jeudi était un moment de solidarité et de coopération, comme en témoignent les appels de la grande majorité des membres du Conseil de sécurité., mais que «Malheureusement, nous avons à nouveau entendu des bruits venant des États-Unis qui sont tellement en désaccord avec l’atmosphère de la réunion. La Chine s’oppose résolument et rejette les accusations sans fondement des États-Unis».

Depuis un certain temps, certains politiciens américains sont obsédés par l’attaque d’autres pays et organes de l’ONU, a dit Zhang Jun. Abusant de la plate-forme des Nations Unies et de son Conseil de sécurité, les États-Unis ont répandu «le virus politique» et la désinformation, et ont créé la confrontation et la division, a-t-il dit.

Les États-Unis doivent comprendre que l’échec de la gestion du COVID-19 est totalement de leur faute, a-t-il poursuivi, notant que es États-Unis comptent actuellement près de 7 millions de cas confirmés et plus de 200 000 décès «Avec les technologies et le système médicaux les plus avancés au monde, pourquoi les États-Unis se sont avérés avoir le plus de cas et de décès confirmés? De nombreux pays touchés par la pandémie à peu près au même moment ont déjà contenu le virus. Selon les données officielles des États-Unis, ses groupes minoritaires enregistrent un taux plus élevé – disproportionné avec leur population – d’infection et de mortalité, pourquoi? Quelle en est la cause fondamentale?».

Avant de pointer du doigt les autres, peut-être que les politiciens américains doivent donner des réponses honnêtes à ces questions. Si quelqu’un doit être tenu responsable, ce devrait être quelques politiciens américains eux-mêmes, a ajouté l’ambassadeur chinois.

Les États-Unis doivent comprendre que blâmer les autres ne résoudra pas leurs propres problèmes. Tous les pays ont leurs problèmes sur la voie du développement. Et ces problèmes doivent avant tout être résolus par nos propres efforts. En déplaçant les responsabilités, ou « mentir, tricher, voler », on ne résoudra aucun problème, mais on ne fera que dériver dans la mauvaise direction, a-t-il dit.

«Les États-Unis se dressent maintenant contre la communauté internationale et sont complètement isolés. Il est temps de se réveiller», a déclaré Zhang.

Ce que les États-Unis doivent faire, c’est arrêter la manipulation politique, cesser d’étiqueter ou de politiser le virus, de se concentrer sur la lutte contre le virus chez eux et de soutenir les Nations Unies et l’Organisation mondiale de la santé dans leur rôle, a-t-il déclaré.

«Les États-Unis doivent comprendre qu’une puissance majeure doit se comporter comme une puissance majeure. Lorsque le monde est confronté à de nombreux défis de taille, les grands pays doivent assumer des responsabilités particulières».

Donald Trump dans son discours de mardi avait demandé une action contre la Chine pour avoir propagé le « fléau » du COVID-19.

La Chine avait, certes, initialement étouffé la nouvelle de la maladie lorsqu’elle est apparue l’année dernière à Wuhan, puis conseils minimisé les risques de transmission. Mais elle avait reconnu son erreur et s’était ensuite attaqué résolument ai problème, contrairement à l’administration américaine qui avait continué à minimisé le problème jusqu’à tout récemment.

Il faudra sans aucun doute qu’un jour Pékin rende des comptes, mais, non seulement il importe davantage aujourd’hui de focaliser sur la lutte à la pandémie, mais l’Amérique de Trump, dont la gestion de la pandémie a été catastrophique, est très peu crédible lorsqu’elle s’attaque à la Chine.

La réponse de Trump à la pandémie est devenue un problème politique majeur alors qu’il cherche un nouveau mandat aux élections du 3 novembre.