Palestiniens: le roi Salmane insiste auprès de Trump pour une solution «juste»

Photo d'archives fournie par le palais royal saoudien montrant le roi Salmane lors d'un discours à la nation, le 19 mars 2020. (AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes

L’Arabie saoudite souhaite une solution « juste » pour les Palestiniens, a indiqué le roi Salmane par téléphone au président américain Donald Trump, qui a félicité le royaume pour avoir ouvert son espace aérien à des vols entre Israël et les Émirats arabes unis.

Le roi saoudien a insisté sur « le désir du royaume de parvenir à une solution durable et juste pour la cause palestinienne pour atteindre la paix », a rapporté lundi l’agence de presse officielle saoudienne SPA, en rendant compte de cet appel qui s’est déroulé dimanche.  

Riyad a accepté la semaine dernière la demande des Émirats de pouvoir traverser l’espace aérien saoudien depuis et vers « tous les pays » avec leurs vols commerciaux.

Un feu vert qui est intervenu après l’annonce surprise le 13 août d’un accord de normalisation des relations entre Israël et les Émirats, premier État du Golfe à le faire et troisième pays arabe.

« Le président Trump […] a salué l’ouverture de l’espace aérien saoudien aux vols entre Israël et les Émirats arabes unis, à commencer par le vol commercial historique de Tel-Aviv à Abou Dabi », selon un compte-rendu de la Maison-Blanche.

Une délégation israélo-américaine a voyagé le 31 août à bord d’un avion de la compagnie israélienne El Al effectuant le premier vol commercial direct entre Israël et les Émirats.

Une liaison doublement historique puisque Riyad — qui n’a pas de relations officielles avec l’État hébreu — a donné l’autorisation de survol de son territoire, quelques jours avant son feu vert plus large. Ce qui évite un autrement long détour de la péninsule arabique.

M. Trump a aussi insisté sur « l’importance » de l’accord de normalisation — appelé Accords Abraham par les Américains — et « a discuté des moyens de renforcer la sécurité et la prospérité régionales », a précisé l’exécutif américain.

L’Arabie saoudite, plus importante économie du monde arabe, avait déjà fait savoir qu’elle n’emboiterait pas le pas d’Abou Dabi jusqu’à ce que l’État hébreu signe avec les Palestiniens un accord de paix reconnu par la communauté internationale.

La situation est politiquement plus complexe pour le royaume car il abrite les deux sites les plus sacrés de l’islam.

Par ailleurs, selon la Maison-Blanche, le président américain a pressé Riyad de « négocier avec les autres pays du Golfe » pour résoudre leurs problèmes.

L’Arabie saoudite et ses alliés ont coupé leurs liens en 2017 avec le Qatar, l’accusant de soutenir les islamistes radicaux et l’Iran, leur rival régional. Ce que Doha dément.