Tensions en Méditerranée orientale: Pompeo en Grèce pour calmer le jeu

Pompeo en Grèce pour calmer les tensions en Méditerranée orientale. (Twitter/@SecPompeo)
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo, qui a entamé lundi en Grèce des entretiens visant à favoriser une «désescalade» des tensions en Méditerranée orientale et encourager un dialogue naissant entre Athènes et Ankara, s’est entretenu avec son homologue grec Nikos Dendias à Thessalonique, dans le nord de la Grèce.

Aucun communiqué official n’a été publié à l’issue de la réunion, le chef de la diplomatie américaine se contentant d’écrire sur son compte Twitter avoir discuté avec son homologue des relations américano-grecques, des Balkans occidentaux et de la désescalade des tensions en Méditerranée orientale.

Les tensions sont vives depuis des semaines entre Athènes et Ankara qui se disputent des gisements d’hydrocarbures en Méditerranée.

Mais, le premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis avait appelé vendredi à l’ONU le président turc Recep Tayyip Erdogan à «donner une chance» à la diplomatie et les deux pays semblent avoir choisi l’apaisement.

Avant l’arrivée du secrétaire d’État américain en Grèce, un haut responsable américain avait souligné la nécessité d’une «désescalade en Méditerranée orientale », soulignant à des journalistes que Mike Pompeo avait «exprimé sa profonde inquiétude».  

Ce responsable a insisté sur la nécessité de «réduire le risque d’accidents ou d’incidents» et de « s’abstenir de toute mesure unilatérale qui attise les tensions», exhortant la Grèce et la Turquie à «parvenir à un accord».

Washington encourage tous les États à résoudre les questions de délimitation maritime de manière pacifique et conformément au droit international.

Les deux pays membres de l’Alliance atlantique, comme les États-Unis, ont annoncé la prochaine reprise de négociations bilatérales.

Mike Pompeo doit également se rendre mardi en Crète visiter la base navale de l’OTAN dans la baie de Souda et s’entretenir avec le premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis, qui cherche à établir une coopération militaire plus poussée avec les États-Unis.

Le secrétaire d’État a signé en octobre dernier à Athènes un accord de défense permettant aux forces américaines une plus large utilisation des installations militaires grecques. Cet accord confère notamment un statut prioritaire aux États-Unis dans l’utilisation du port d’Alexandroupolis (nord), une porte d’entrée vers les Balkans et la mer Noire à valeur stratégique pour la marine américaine et l’OTAN.

*Avec les agences